Retour

Bois d'oeuvre : Québec veut le libre-échange avec les États-Unis

Le gouvernement Couillard estime que son nouveau régime forestier lui permet de plaider pour le libre-échange en matière de commerce du bois d'oeuvre avec les États-Unis.

En point de presse à l'Assemblée nationale, mercredi, la ministre de l'Économie, Dominique Anglade, ainsi que son collègue aux Forêts, Laurent Lessard, ont prévenu que les négociations entre le Canada et son voisin du sud ne s'annonçaient pas faciles pour renouveler l'entente sur le bois d'oeuvre, venue à échéance en octobre dernier.

« Dans les 100 prochains jours, il va falloir être très actifs, ce n'est pas une bataille qui est gagnée d'avance, bien au contraire », a déclaré la ministre Anglade.

Depuis la fin de l'accord jusqu'en octobre prochain, les autorités américaines ne peuvent imposer ni tarifs douaniers ni quotas sur les produits canadiens du bois d'oeuvre.

La semaine dernière, au terme de leur rencontre à Washington, le président américain, Barack Obama, et le premier ministre Justin Trudeau ont affiché leur confiance de trouver un terrain d'entente rapidement.

Le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion a défendu le libre-échange pour le bois d'oeuvre face au protectionnisme des Américains, qui prônent tarifs et quotas.

« On était satisfait de la position que monsieur Dion a défendue devant le gouvernement américain », a expliqué Laurent Lessard.

« Nous voulons que notre position de libre-échange soit maintenue », a résumé la ministre Anglade.

L'accord de 2006 entre le Canada et les États-Unis sur le bois d'oeuvre s'était conclu après cinq ans de batailles devant les tribunaux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine