Retour

Brad Wall quitte le pouvoir sous les hommages en Saskatchewan

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a tenu sa dernière séance à l'Assemblée législative jeudi après 10 ans passés au pouvoir. Les yeux rougis par l'émotion, il a quitté le palais législatif sous les hommages rendus des deux côtés de l'assemblée qui ont salué sa contribution à la vie politique.

Dans son dernier discours à l’Assemblée, le premier ministre est revenu sur ses premiers pas dans la vie politique, une carrière à laquelle il a aspiré dès l’enfance. Brad Wall s’est dit honoré d’avoir représenté la province ainsi que les 18 ans passés au service de Swift Current, sa circonscription natale.

Le premier ministre a également défendu son bilan. Il a déclaré qu'un bon gouvernement est celui qui laisse la province en meilleur état que lorsqu'il est arrivé au pouvoir. Selon lui, c’est ce que le Parti saskatchewanais a fait.

Alors qu'il va se retirer de la vie politique le 27 janvier prochain, date à laquelle le nouveau chef du parti sera élu, Brad Wall a toutefois regretté de ne pas avoir suffisamment amélioré les relations avec les Autochtones, et d'avoir laissé une dette publique de plus de 1 milliard de dollars.

L’opposition salue le politicien

La chef intérimaire du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan, Nicole Sarauer, a rendu hommage au premier ministre en soulignant sa contribution dans le secteur public ainsi que ses talents d'orateur.

« Après une décennie au pouvoir et même si l'économie tourne au ralenti après des années prospères, il est toujours le premier ministre le plus populaire de notre pays », a déclaré la chef intérimaire du NPD, Nicole Sarauer.

Mme Sarauer a d’ailleurs elle aussi passé son dernier jour en tant que chef de l'opposition à l'assemblée puisqu'un nouveau chef du NPD sera choisi en Saskatchewan au début de l'année prochaine, avant la reprise de la session parlementaire en mars 2018.

Brad Wall : la politique dans les veines, selon un politologue

Le professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en politiques publiques de l'Université de la Saskatchewan, Daniel Béland, affirme que Brad Wall est connu pour son efficacité en Chambre, puisque l’homme a toujours baigné dans la politique.

Le premier ministre a d’abord fait des études en administration publique et en science politique à l’Université de la Saskatchewan. Puis, à un très jeune âge, il a travaillé pour des ministres sous le gouvernement de Grant Devine.

Il a également été élu en 1999 comme député de Swift Current. Brad Wall a donc, explique Daniel Béland, près d’une vingtaine d’années d’expérience en Chambre.

« La politique, ça lui coule dans les veines [...] c’est une bête politique », affirme le politologue.

La suite de sa carrière?

Selon le politologue, Brad Wall avait la possibilité de devenir ambassadeur du Canada aux États-Unis sous le gouvernement fédéral de Stephen Harper. Avec le gouvernement de Justin Trudeau au pouvoir et sa relation avec celui-ci « qui n’est pas excellente », cette possibilité n’est plus d’actualité.

Bien que son créneau est le secteur public et la politique, selon Daniel Béland, Brad Wall pourrait travailler comme lobbyiste.

Il ajoute que le premier ministre pourrait même travailler dans le secteur de l’énergie, puisque celui-ci « s’est fait défenseur de ce secteur depuis des années. »

Si Brad Wall « s'ennuie trop de la politique », le saut au fédéral pourrait aussi être une option, conclut le politologue.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine