Retour

Brad Wall toujours contre la taxe sur le carbone d’Ottawa, à la veille de la rencontre des premiers ministres

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, continue de défendre sa position contre l'imposition d'une taxe sur le carbone, à la veille de la rencontre des premiers ministres territoriaux et provinciaux qui aura lieu jeudi et vendredi à Ottawa.

Il affirme vouloir collaborer à la lutte contre les changements climatiques mais que ce n’est pas le bon moment pour aller de l’avant avec la tarification du carbone, lors d’un dernier point de presse avant son départ pour Ottawa.

Il en a profité pour donner plus de détails quant à de possibles démarches légales contre le fédéral sur la question du carbone. Il a déclaré que, selon les experts en droit qu’il a consultés, le plan d'Ottawa concernant le prix sur le carbone est trop vague et n'indique pas clairement comment il sera établi dans les provinces. Pour cette raison, Brad Wall estime qu’il sera plus difficile pour le gouvernement de la Saskatchewan d'entreprendre des mesures légales contre Ottawa.

Il a finalement ajouté que le plan du premier ministre Justin Trudeau lui semble incomplet, puisque toutes les provinces peuvent négocier leur approche quant au prix sur le carbone. À terme, il ne pense pas qu’elles paieront toutes le prix de 10 $ la tonne dès 2018.

Le chef de l'opposition néo-démocrate, Trent Wotherspoon, s’est également exprimé. Il a réitéré que dans la même situation, son parti aurait déjà mis en place un système efficace de lutte contre les changements climatiques. Donc, selon lui, lorsque le fédéral aurait imposé une taxe nationale, la Saskatchewan n'aurait pas eu besoin de s'y plier.

Brad Wall s’est opposé plusieurs fois au prix plancher pour le carbone annoncé par Ottawa au début du mois d’octobre, notamment dans son livre blanc sur les changements climatiques, qui se concentre sur la mise au point de nouvelles technologies.

La semaine dernière, il a lancé une pétition en ligne contre l’imposition de la taxe sur le carbone en invitant les citoyens qui partagent son point de vue à la signer. En point de presse, il a mentionné qu'il ne s'était pas fixé d'objectif concernant le nombre de signatures qu'il espérait obtenir. Mercredi midi, le nombre était près de 23 800. Brad Wall a dit qu'il attendra à vendredi avant de décider s'il présentera la pétition lors de la rencontre des premiers ministres ou non.

Plus d'articles

Commentaires