Si le départ-surprise de Brad Wall en a pris plus d'un de court, des experts rappellent que le premier ministre de la Saskatchewan a durablement marqué le paysage conservateur, au-delà même des frontières de sa province.

Brad Wall a la cote du côté des conservateurs

Le professeur en sciences politiques au Campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta, Frédéric Boily, estime que le nom de Brad Wall va encore courir dans les milieux conservateurs, même s'il a annoncé qu'il allait quitter la vie politique.

Pour Frédéric Boily, une raison qui pourrait expliquer la décision du premier ministre Brad Wall de quitter la vie politique est la possibilité qu'il était arrivé au bout de ses projets politiques en Saskatchewan.

« Le premier ministre du beau temps »

Selon M. Kenny, le Parti saskatchewanais a le don de faire des annonces importantes pendant la saison des vacances.

Il souligne que Brad Wall connaît une baisse de popularité en raison de la manière dont son gouvernement fait face à la baisse des revenus provenant des ressources naturelles.

Stephen Kenny ajoute que Brad Wall a donné un nouveau visage à la politique en Saskatchewan, mais qu'il aura surtout été « le premier ministre du beau temps », tandis que l'économie de la province était en croissance.

Selon lui, le défi est maintenant de trouver un successeur qui peut donner une nouvelle équipe au Parti saskatchewnais.

« Une durée normale »

Selon le vice-président de la firme de sondage Mainstreet Research, Steve Pinkus, il s'agit d'une durée normale pour un politicien de son niveau. M. Pinkus souligne qu'en ce qui concerne le nombre d'années au pouvoir Brad Wall était le doyen de tous les premiers ministres du Canada.

Il souligne que, dans un contexte d'information continue, la popularité des politiciens tend à s'effriter après 10 ans.

Brad Wall était premier ministre de la Saskatchewan depuis 2007 et chef du Parti saskatchewanais depuis 2004.

Avec les informations d'Anouk Lebel

Plus d'articles

Commentaires