Retour

Brian Gallant s’oppose à l’abolition des services d’oncologie à Grand-Sault et à Saint-Quentin

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, affirme qu'il ne permettra pas au Réseau de santé Vitalité d'abolir les services d'oncologie à Grand-Sault et à Saint-Quentin.

« Vitalité veut couper la chimiothérapie à Grand-Sault et à Saint-Quentin [...] et nous ne leur permettrons pas de le faire », a déclaré le premier ministre en Chambre, mercredi matin.

M. Gallant a ajouté que son gouvernement veut faire en sorte que les services de chimiothérapie se poursuivent.

Le Réseau de santé Vitalité a annoncé la semaine dernière sa décision d’abolir le service dans ces deux hôpitaux parce que le nombre de traitements administrés annuellement n’était pas assez élevé pour assurer un service répondant aux normes de qualité.

Le Réseau se dit toutefois prêt à collaborer avec le ministre de la Santé, Benoît Bourque, pour trouver une solution.

« Nous avons reçu hier une lettre de l’honorable Benoît Bourque à cet effet et le Réseau compte bien offrir son entière collaboration afin d’examiner rapidement l’ensemble du dossier et voir si des solutions sont envisageables », affirme Gilles Lanteigne, président-directeur général de Vitalité.

Le Réseau entend notamment étudier la possibilité d’employer davantage les services de télésanté spécialisés. Il souhaite aussi étudier des moyens d’appuyer les patients qui devront se déplacer afin de recevoir des services.

Plusieurs patients ont dénoncé ces derniers jours la décision d’abolir le service. De plus, le comité communautaire de la santé de l'hôpital de Grand-Sault, des représentants de la région de Saint-Quentin et l'organisme provincial Égalité santé en français ont annoncé leur intention de faire un front commun dans ce dossier pour convaincre Vitalité de revenir sur sa décision.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine