Retour

Brigil se défend d'avoir un impact sur le patrimoine du Quartier-du-Musée

L'entreprise Brigil, qui souhaite construire deux tours devant le Musée canadien de l'histoire à Gatineau, soutient que son projet n'a qu'un impact mineur sur le patrimoine du Quartier-du-Musée.

Par voie de communiqué, l'entreprise a soutenu, mardi, que seulement cinq bâtiments étaient touchés par le projet Place des peuples. Or, selon Brigil, trois de ces bâtiments ont une valeur patrimoniale moyenne ou faible et deux n’en ont carrément aucune, ce qui serait insuffisant pour justifier un refus de la Ville de Gatineau.

Mardi, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, rappelait qu’à ses yeux, les deux tours proposées par Brigil ne respectaient le plan d’urbanisme de la Municipalité.

Brigil rejette ces critiques, soutenant que les objectifs du projet, soit la diversification, le commerce de proximité, l'harmonie avec l'environnement et l'architecture avant-gardiste, répondent au contraire aux exigences du Programme particulier d’urbanisme.

Le maire ajoute que le projet pourrait toujours voir le jour, mais dans un autre secteur, afin de ne pas mettre en péril un des rares quartiers patrimoniaux de Gatineau.

À l'heure actuelle, le plan d'urbanisme de la Ville ne permet pas à l'entreprise d'aller de l'avant avec ce projet.

Brigil souhaite organiser une « discussion ouverte »

Brigil dit souhaiter que la citation patrimoniale de la zone du quartier n’ait pas comme objectif d’être un obstacle au projet Place des peuples.

L’entreprise ajoute qu’elle invitera sous peu la population à une discussion ouverte au sujet de ce qu’elle qualifie de « grand projet rassembleur » pour l’ensemble de la population de Gatineau.

Brigil n’a pas expliqué la forme que prendrait cette discussion.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine