Retour

Brise-glaces et Davie : des doutes sur la volonté d’Ottawa

Radio-Canada a appris que les négociations entre le chantier Davie et Ottawa pour la conversion de brise-glaces stagnent. Elles sont si ardues qu'elles pourraient fort bien ne pas aboutir aux retombées souhaitées pour les travailleurs. Et alors que le Québec réclame sa juste part de contrats fédéraux pour la construction navale, des documents stratégiques soulèvent des doutes sur les réelles intentions du gouvernement fédéral à l'endroit du chantier québécois.

Un texte de Marc Godbout

Des sources proches du dossier confirment à Radio-Canada que les négociations entre la Davie et Ottawa sont « lentes et ardues ». Résultat : après plus de deux mois de pourparlers, les parties ne s’entendent « ni sur un prix ni sur un calendrier ».

Rien pour aider au climat, le plus gros des quatre brise-glaces proposés par le chantier, le Aiviq, est écarté des négociations ce qui pourrait fortement réduire les retombées prévues. C’est pourtant la modification de ce brise-glace qui nécessite davantage de travaux et qui créerait le plus d’emplois. La conversion du Aiviq pourrait durer jusqu’à deux ans et employer jusqu’à 400 personnes.

Plusieurs sources insistent sur l’état d’esprit qui entoure les pourparlers. La Garde côtière a du mal à digérer de s’être fait imposer une négociation avec le chantier québécois. Au moins deux sources confirment que la Garde côtière met davantage le pied sur le frein que sur l’accélérateur.

À la mi-janvier à Québec, le premier ministre, Justin Trudeau, voulait frapper un grand coup et faire la preuve que le chantier Davie n’était pas ignoré par son gouvernement. Souhaitant calmer la grogne, il annonçait sur-le-champ le début de négociations entre la Garde côtière et Davie pour trouver une solution aux problèmes criants de brise-glaces.

Questionné sur l’état des négociations, Services publics et Approvisionnement Canada se limite à une réponse écrite : « Nous ne pouvons pas formuler de commentaires sur les négociations en cours. Nous fournirons des détails une fois les négociations conclues ».

Le plan secret d’Ottawa : six nouveaux brise-glaces

L’absence de contrats fédéraux pour la construction de nouveaux navires au chantier Davie pourrait s’annoncer encore plus difficile à défendre pour Ottawa. Des documents stratégiques obtenus par Radio-Canada démontrent qu’il existe un plan que le gouvernement refuse de dévoiler publiquement. Il vise la construction de six nouveaux brise-glaces.

Cela s’inscrit dans ce qui a été baptisé « Program Icebreaker » et qui permettrait de remplacer graduellement la flotte actuelle dont l’âge moyen est de plus de 35 ans.

Les six navires desserviraient le sud du Canada et l’Arctique tout en permettant la tenue d’activités scientifiques. Leur construction est jugée essentielle pour réduire les risques qui pèsent sur l’économie insistent les documents qui précisent que l’industrie maritime n’est pas adéquatement desservie. Or, Radio-Canada peut confirmer que le gouvernement a ce plan en main depuis au moins un an et demi.

Cela soulève des questions étant donné que les chantiers Irving d’Halifax et Seaspan de Vancouver ont des carnets de commande déjà bien remplis. Pourquoi le gouvernement tarde-t-il à mettre le plan à exécution ? A-t-il subi les pressions des chantiers concurrents de Davie? Attend-il l’année électorale pour bouger ?

Pourtant, les libéraux ne cessent de répéter que le remplacement des vieux brise-glaces est une priorité.

Plus d'articles