Retour

Bruxelles : Ottawa solidaire et déterminé à combattre le terrorisme 

« Entendre des cris d'enfants dans la fumée du métro de Bruxelles ne fait que renforcer notre détermination, notre résolution à combattre le terrorisme sous toutes ses formes », a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, dans la foulée des attentats terroristes qui ont fait 34 morts en Belgique.

Depuis Ottawa, le ministre a ajouté que le Canada était solidaire de la Belgique. « De concert avec le premier ministre, nos pensées vont aux victimes et à nos amis et alliés de la Belgique et à toute l'Union européenne (EU) », a-t-il souligné. 

« Malheureusement, ces attentats, bien qu'anticipés par les services de renseignements, sont difficiles à contrer, a poursuivi M. Dion. Mais le terrorisme ne peut pas gagner, c'est sans issue. À chaque attaque, nous renforcerons notre détermination et notre solidarité. »

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a affirmé sa solidarité avec Bruxelles en lui offrant « toute l'aide possible ».

« Je suis révolté et profondément attristé d'apprendre qu'un grand nombre de gens ont été tués et blessés lors d'attaques terroristes qui ont ciblé la population de Bruxelles, en Belgique », a-t-il déclaré.

Selon lui, les attentats de Bruxelles sont « un acte de terrorisme ». « [C'est] de la violence gratuite envers des citoyens innocents qui avait pour but d'enlever des vies et instaurer un climat de peur. Ce n'est pas tolérable et ce ne sera jamais toléré », a-t-il déploré, ajoutant continuer de travailler en étroite collaboration avec ses alliés et la communauté internationale.

L'ambassade canadienne suit le dossier 

Précisant qu'aucun Canadien n'a été blessé dans les attaques, M. Dion a soutenu que l'ambassade canadienne à Bruxelles suivait de près la situation dans la capitale belge afin de déterminer si des Canadiens ont été touchés par les attentats.

Sans émettre de restriction de voyage pour la Belgique, le ministère des Affaires étrangères demande aux Canadiens de « faire preuve d'une grande prudence en raison de la menace terroriste présentement élevée ».

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) demeure vigilante face aux menaces terroristes « particulièrement par une journée comme celle-ci », a déclaré le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, même si aucune menace particulière ne pèse sur le pays pour l'instant.

Un attentat perpétré contre le parlement canadien avait entraîné une hausse du niveau d'alerte en octobre 2014.

Pour sa part, l'ambassadeur belge au Canada, Raoul Delcorde, s'est dit satisfait de la réponse des autorités canadiennes aux attentats. Il assure également que la surveillance de l'ambassade de la Belgique à Ottawa, du consulat général à Montréal ainsi que de tous les bâtiments diplomatiques belges a été renforcée.

Solidarité québécoise

Au Québec, le premier ministre Philippe Couillard a exprimé en fin d'avant-midi toute sa solidarité envers les victimes, leur famille et le peuple belge.

« Comme le dit la devise de la Belgique : "l'union fait la force". Unir nos forces, voilà l'objectif », a-t-il déclaré, ajoutant que le Québec collaborait déjà avec la « communauté française de la Belgique pour combattre la radicalisation. »

Selon les informations dont dispose Québec, tous les élèves qui participaient à un échange en Belgique sont « saufs et en bonne santé », tout comme les employés et le délégué général du Québec à Bruxelles, Michel Audet. Au Québec, « une veille active en matière de sécurité » a été mise en place, a assuré M. Couillard. 

De son côté, le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a « fermement » condamné « ces attaques à la liberté et à la démocratie », tout en offrant son soutien à la Belgique. 

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a souligné que la Belgique pouvait compter sur l'« appui indéfectible du Québec ». « Nous sommes en guerre, personne n'est épargné », a-t-il déclaré, tandis que la porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, a insisté sur le fait qu'« il ne faut pas laisser nos valeurs être ébranlées par la haine ».

Enfin, à Montréal, le maire Denis Coderre a « vigoureusement » condamné « ces attaques ignobles ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine