Retour

Budget Alberta 2018 : 8,8 milliards de déficit, l’équilibre en 2023-2024

La route est tracée pour le retour à l'équilibre budgétaire en Alberta. Dans son budget 2018-2019, le gouvernement provincial prévoit équilibrer ses revenus et ses dépenses en 2023-2024. Le déficit l'an prochain sera de 8,8 milliards de dollars. Malgré les promesses de diversification, ce retour à l'équilibre sera largement dépendant de l'industrie pétrolière et de la construction de nouveaux pipelines.

Un texte de François Joly

L’atteinte du déficit zéro dépendra d’abord d’une augmentation des revenus. La province juge essentielle la construction de deux projets de transport du pétrole : l’expansion du pipeline Trans Mountain, et le remplacement de la ligne 3 d’Enbridge. Selon la province, le produit intérieur brut de la province serait moins élevé de 1,5% à 2% en 2023 si ces deux projets ne sont pas complétés.

La province mise aussi sur des investissements publics et privés dans les secteurs du raffinage et la de la pétrochimie pour stimuler la croissance de l’économie. Des crédits d’impôts, notamment pour les entrepreneurs et le secteur des technologies devrait également y contribuer. À cela s’ajoutent les revenus de la taxe sur le carbone dont une partie sera utilisée pour réduire le déficit à compter de 2021.

Le plan de retour à l’équilibre budgétaire se base également sur le ralentissement de la croissance des dépenses. La provinces souhaite limiter à 3,1% par année le rythme de croissance des dépenses de programmes. Cela se traduira notamment par un gel des salaires des employés de l’État non-syndiqués. La dette totale de la province, qui ne tient pas compte des actifs détenus par l’État, atteindra 54 milliards à la fin de l’année, et 96 milliards en 2023-2024, année fiscale projetée pour le retour à l’équilibre budgétaire.

Un budget qui carbure (encore) au pétrole

En plus de dépendre de la construction de nouveaux pipelines, le succès du plan de retour à l’équilibre budgétaire sera influencé par la hausses des revenus du pétrole. La province prévoit que le prix de l’or noir atteindra 63 $ le baril, en moyenne, en 2020-2021. Elle prévoit également un prix de 73 $ le baril en 2023-2024. D’ici là, le budget prévoit que les revenus provenants des ressources naturelles non-renouvelables passeront de 3,8 à 5 milliards de dollars.

« Nous voyons de plus en plus d’investissements du privé dans des secteurs comme les nouvelles technologies, répond Joe Ceci. Nous travaillons fort pour ne plus être à la mercie de ces cycles de croissance et de décroissance ».

Rentable le cannabis, mais pas avant 2021

Le budget contient également des détails sur les revenus qui proviendront de la vente de cannabis. La province et le gouvernement fédéral se sont entendus pour prélever conjointement 10 % du prix auquel les producteurs vendent le cannabis, avec un plancher de 1 $ par gramme. Les trois quart de cette première tranche iront dans les coffres de la province. Celle-ci pourrait de plus imposer une taxe de 10 % sur le prix de vente au détail.

La vente de cannabis devrait entraîner des pertes nettes de 43 millions et de 47 millions de dollars en 2018-2019 et en 2019-2020 pour la Commission de l’alcool et des jeux de hasard de l’Alberta. La vente du cannabis entraînera un surplus de 37 millions de dollars en 2020-2021.

De l’argent pour les francophones

Le budget contient également de bonnes nouvelles pour la communauté francophone. Le budget du Secrétariat francophone passera de 1,5 à 2,2 millions de dollars. Les fonds devraient provenir cependant de transferts fédéraux selon le Plan d’action sur les langues officielles qui sera dévoilé la semaine prochaine. La province construira également deux nouvelles écoles francophones : l’École Le Ruisseau de Brooks et l’École Saint-Vital de Beaumont. Le budget ne comprend cependant pas d’argent pour le remplacement de l’école des Quatres-Vents, à Peace River. Le projet d’école à Airdrie de sera pas non plus financé.

Des dépenses en infrastructures

Enfin, ce budget contient des investissements en infrastructures. La province prévoit des investissement de 26,6 milliards de dollars en capital sur cinq an. Le gouvernement provincial dépensera notamment 3 milliards de dollars sur 10 ans pour l’expansion des réseaux de train léger d’Edmonton et de Calgary.

Avec la collaboration de Laurent Pirot, Mylène Briand, Laurence Martin, Michaël Bédard et Ève Marie Forcier

Plus d'articles