Retour

Budget de Montréal : les autres villes de l’île pestent contre la hausse de leur contribution

Les maires de Mont-Royal et de Montréal-Ouest sont furieux contre le budget 2018 de la Ville de Montréal, qui prévoit une hausse substantielle des quotes-parts versées par les villes liées au budget du conseil d'agglomération. Dans leur cas, la contribution exigée grimpera d'au moins 9 %, un effort budgétaire qui pourrait bien être relayé par la suite aux résidents de ces municipalités défusionnées.

« On a reçu la nouvelle comme une claque dans le visage », peste le maire de Mont-Royal, Philippe Roy.

Parmi toutes les villes liées, c'est la sienne qui encaisse la hausse la plus radicale : 9,8 %. Cette augmentation l'obligera à refaire son budget de 2018 avant la fin du mois.

« Notre priorité, comme ça devrait être le cas pour tout administrateur municipal, c'est de garder les taux de taxes les plus bas possible et c'est là-dessus qu'on va travailler », assure-t-il.

Mont-Royal a versé l'an dernier environ 45 millions de dollars à l'agglomération, soit la moitié du budget de cette municipalité. Sa contribution passera maintenant à un peu plus de 50 millions.

Montréal-Ouest écope aussi d'une hausse de 9 %. « Si je passe ça directement à mes citoyens, ça va causer une hausse de taxes de 3,5 % seulement pour compenser l'augmentation de la facture d'agglomération », déplore son maire, Beny Masella.

M. Masella, qui préside également l'Association des municipalités de banlieue, fera valoir le point de vue de ses membres à Valérie Plante, qui préside de facto le conseil d'agglomération. « On va exprimer notre opinion à l'administration, promet-il. On espère qu'ils sont ouverts à retravailler le budget, à le ramener à un montant beaucoup plus acceptable. »

En moyenne, les 15 villes défusionnées de l'île de Montréal devront fournir un effort de 5,3 % supérieur à celui de l'an dernier. Cette hausse demeure néanmoins inférieure à celle de 6,8 % assumée par la Ville de Montréal. Seule la municipalité de Sainte-Anne-de-Bellevue fournira une contribution inférieure en 2018, puisque sa quote-part diminuera de 7,4 %.

Le budget de la Ville de Montréal déposé mercredi prévoit des dépenses d'agglomération d'environ 2,4 milliards de dollars en 2018, en hausse de 6,5 % par rapport à 2017. Ces dépenses seront assumées à plus de 82 % par Montréal, ce qui correspond approximativement à son poids démographique sur l'île de Montréal. Le reste, soit un peu plus de 17 %, sera versé par les 15 autres municipalités de l'île.

L'administration Plante-Dorais explique l'augmentation prévue des dépenses d'agglomération par :

  • la fin des mesures transitoires permettant d'étaler le renflouement des régimes de retraite des employés municipaux touchés par la crise financière de 2008;
  • la signature de nouvelles conventions collectives avec les policiers du SPVM et les pompiers du Service de sécurité incendie;
  • une hausse de la contribution de l'agglomération au transport en commun.

La sécurité publique demeure le poste budgétaire le plus important de l'agglomération, suivi du transport – des compétences partagées en vertu de la Loi sur l'exercice de certaines compétences municipales dans certaines agglomérations, votée à la fin de 2004, après les référendums sur les défusions municipales

La prestation des services communs est assurée par les employés de la Ville de Montréal.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité