Retour

Budget du Manitoba : des réactions contrastées

Les réactions politiques ne se sont pas fait attendre et se sont multipliées après la présentation du troisième budget du gouvernement progressiste-conservateur du Manitoba mardi. Ce dernier est loin de faire l'unanimité.

Un texte de Thibault Jourdan, Camille Gris Roy et Samuel Rancourt

« Nous sommes un peu déçus qu’il n’y ait pas de stratégie en place pour réduire la pauvreté. C’était promis dans le budget l’année passée », a réagi le président de l’organisme Make Poverty History Manitoba, Josh Brandon.

Il n’est, par ailleurs, pas convaincu de la décision du gouvernement de poursuivre son indexation de la tranche d'imposition sur le revenu des particuliers et l'exemption personnelle de base, qui permettra à 2000 contribuables manitobains d’être totalement exemptés d’impôts.

« J’ai peur pour le futur des étudiants au Manitoba, après l’augmentation des frais de scolarité et la fin du crédit d’impôt pour l'éducation », a déclaré Michael Barkman, président de la section manitobaine de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants. Le gouvernement a en effet décidé d’abolir progressivement de crédit d’impôt d’ici 2018, ce qui lui permettra de récupérer près de 53 millions de dollars.

Pour le député de néo-démocrate de Fort Rouge, Wab Kinew, ce troisième budget du gouvernement de Brian Pallister est « sans vision ». « On voit maintenant le vrai plan de Pallister », assure-t-il.

Le chef du Parti vert du Manitoba, James Beddome, est lui aussi très critique envers ce budget qui « n’est pas soutenable financièrement, pas soutenable environnementalement et pas soutenable socialement ». Il accuse le gouvernement Pallister d’être trop focalisé sur la compétitivité de l’économie manitobaine et non pas sur le bien-être de la population.

De son côté, le député libéral de River Heights, Jon Gerrard, pense qu’il y a « de grands problèmes avec ce budget, notamment pour ceux qui sont le plus dans le besoin ». Pourtant, le gouvernement injecte 1,8 million de dollars pour les services de santé mentale, une longue revendication de Jon Gerrard, mais ce dernier juge que « ce n’est pas beaucoup et pas assez ».

« Pour ce qui est de la santé, c’est très inquiétant », a commenté Michelle Gawronsky, présidente du syndicat des employés gouvernementaux et généraux du Manitoba. « On n’a vu aucune annonce concernant l’amélioration des soins de longue durée », renchérit-elle.

« Un budget surprenant »

D’autres sont beaucoup plus enthousiastes face à ce budget. Pat Wege, de l’association des services de garde au Manitoba, se dit « excitée » à l’idée qu’il y ait plus d’argent pour les services à l’enfance. « Ça va assurément nous aider à faire face à certains problèmes », a-t-elle déclaré.

Le président de l’Association des municipalités du Manitoba, Chris Goertzen, se dit « satisfait ». « On voit les mêmes dollars qu’il y a un an », dit-il, rassuré. Cependant, même si le gouvernement compte investir 370 millions de dollars dans des projets municipaux, il reste prudent :« Ce n’est pas assez, mais c’est un bon début, mais on a besoin de plus d’argent que ça. On a beaucoup d’infrastructure partout, les ponts, les routes, les usines ont besoin de partenariat avec le gouvernement provincial et fédéral. »

« C’est un budget surprenant », a réagi la coprésidente du World Trade Centre Winnipeg, Mariette Mulaire, alors que le budget provincial 2017-2018 ne prévoit pas de mesures particulières pour les entreprises.

« J’ai eu du mal à voir où se trouvent les avantages pour les entreprises, mais encore c’est à voir plus quand on va connaître les détails », ajoute-t-elle.

Elle note cependant qu’il y a « un certain dédoublement par ce qui se passe dans les gouvernements » et elle juge « intelligent de regarder tout ce qui est offert et de s’assurer que l’on ne dédouble pas. »

Le recteur de l’Université de Saint-Boniface, Gabor Csepregi, estime que l’augmentation de 20 millions de dollars du financement du programme de bourses est « une excellente nouvelle ». Il tempère cependant en ajoutant que, « en ce qui concerne notre Université, il y a très peu de dollars qui nous reviennent. Nous allons avoir exactement le même montant que l’an passé. Pour nous ce n’est pas un changement. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine