Retour

Budget modifié à Saint-Augustin : les taxes n’augmenteront que de 0,7 %

Contre l'avis du maire Sylvain Juneau, les conseillers municipaux de Saint-Augustin-de-Desmaures ont adopté lundi une version modifiée du budget pour faire passer les taxes foncières résidentielles de 2,2 % à 0,7 % pour l'année 2017.

Un texte de Jonathan Lavoie-Lapointe

La salle du conseil était bondée pour la séance extraordinaire de lundi soir. Comme c’est souvent le cas, les cinq conseillers élus à l’époque du maire Corriveau ont fréquemment été hués par la foule, même si le sujet à l’ordre du jour était une baisse de taxes pour les résidents.

Le budget a donc été revu à la baisse de 511 000 $ grâce à des économies réalisées dans les services juridiques et la mise en place de procédures administratives.

« La seule chose qui est affectée possiblement, c’est la stratégie du maire Juneau de se créer une réserve en prévision des prochaines élections », a lancé le conseiller Louis Potvin.

Échanges houleux

Les échanges ont été particulièrement houleux tout au long de la séance. Le maire Sylvain Juneau a accusé à plusieurs reprises les conseillers d’avoir trop dépensé dans les 10 dernières années, allant jusqu’à les traiter d’incompétents à plusieurs reprises.

« Il n’y a pas de miracle, tout se paye, ce qu’ils ont voté par les années passées, il va falloir le payer. […] C’est important que vous sachiez qu’il manque 3,9 millions de dollars cette année. Je qualifie ça de sabotage », a martelé le maire.

Rappelons que les résidents de Saint-Augustin ont subi des augmentations de taxes de 25 % et de 4,9 % au cours des deux dernières années.

Frais additionnels

Sylvain Juneau a également indiqué aux gens dans la salle qu’une modification du budget aussi tardive entraînerait des frais d’intérêts additionnels de 34 000 $ pour la Ville parce que les taxes municipales ne pourraient pas être perçues à temps.

Les conseillers pour la baisse de taxes ont rétorqué que la situation financière précaire était principalement due à la quote-part d’agglomération, surévaluée depuis des années par la Ville de Québec selon eux.

« Ce n’est pas normal de faire des provisions pour des déficits d’agglomération, ce n’est pas normal », a insisté Louis Potvin.

Au moment du vote, les modifications au budget ont été adoptées à cinq voix contre deux. Seul le conseiller Raynald Brulotte, qui a été élu à l’occasion d’une élection partielle en 2016, s’est rangé derrière le maire Juneau.

La poursuite contre Québec sur la glace

Le conseil a également adopté une résolution pour mettre en attente la poursuite intentée contre la Ville de Québec au sujet de quote-part. Le maire Juneau y avait déjà apposé son veto, mais la résolution a finalement été adoptée avec une majorité de cinq voix contre deux, l’ensemble des conseillers de l’ère Corriveau ayant voté en sa faveur.

Ainsi, après avoir fait affaire avec les firmes Deloitte et Quotient, la Ville n’embauchera pas de nouvelle firme juricomptable afin de l’appuyer dans ses démarches juridiques. Le procureur de Saint-Augustin-de-Desmaures a plutôt été mandaté pour suivre l’évolution de la cause de L’Ancienne-Lorette, très semblable, et d’en faire rapport au conseil municipal.

« Deloitte s’est désistée, alors plutôt que de retarder la cause, on choisit de se mettre en attente », a expliqué la conseillère France Hamel.

Monnaie d’échange

De son côté, Sylvain Juneau soutient que la suspension de la poursuite pourrait faire perdre sa cause à Saint-Augustin dans l’éventualité où il devenait impossible de s’entendre à l’amiable avec la Ville de Québec.

« C’est notre monnaie d’échange pour s’entendre. Si on adopte ça, on laisse aller notre poursuite », a-t-il déploré.

Le maire soutient que le procureur de la Ville est lui-même en désaccord avec cette démarche, une affirmation que réfutent les conseillers qui ont voté pour la résolution.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine