Retour

Budget provincial : une réserve de 1 milliard $ pour le tramway

Le gouvernement Couillard prend les grands moyens pour éviter que le projet de tramway de la Ville de Québec déraille : le budget 2018-2019 présenté mardi contient une réserve de 1 milliard de dollars destinée à garantir la contribution du provincial à la mise en place du réseau de transport structurant de l'administration Labeaume.

Un texte de Louis Gagné

« L’agglomération de Québec est l’une des régions économiques les plus dynamiques du Québec. La mobilité des citoyens constitue cependant un enjeu d’une importance croissante et la mise en place d’un réseau de transport collectif moderne et efficace s’imposait », a déclaré le ministre des Finances, Carlos Leitao, lors de la présentation de son budget.

La réserve de 1 milliard, qui a été inscrite au Plan québécois des infrastructures (PQI) 2018-2028, s’ajoute aux 215,3 millions déjà annoncés pour la réalisation de plans et devis.

Carlos Leitao a mentionné que le projet de Québec allait s’insérer dans la nouvelle politique québécoise sur la mobilité, dont les contours seront bientôt dévoilés.

Des retombées de 1,3 milliard $

Le gouvernement a profité de la présentation du budget pour dévoiler les prévisions sur les retombées économiques du projet de tramway.

Le réseau structurant devrait entraîner une hausse du PIB de 1,3 milliard de dollars durant sa construction. Ce montant équivaut à 0,3 % du PIB du Québec.

Québec s’attend également à ce que les travaux permettent de créer ou maintenir 1450 emplois en moyenne par année, dont 890 emplois directs.

87 millions $ pour Lévis

Québec prévoit dépenser 7,9 millions pour la réalisation d’études sur le réaménagement du boulevard Guillaume-Couture, à Lévis. Ces travaux s’inscrivent dans le cadre des mesures prioritaires identifiées par la municipalité pour améliorer la mobilité sur son territoire.

Le gouvernement a inscrit au PQI une somme de 80 millions pour la réalisation du projet, qui permettra d’accroître la vitesse des déplacements en transport en commun à Lévis en plus d’assurer l’interconnexion entre les deux rives.

Le ministre Leitao a rappelé que les travaux du bureau de projet concernant l’aménagement d’un troisième lien routier entre Québec et Lévis se poursuivaient.

Nouveau pavillon pour l’Aquarium

À noter que la construction d’un pavillon dédié aux prédateurs marins à l’Aquarium du Québec figure pour la première fois au Plan québécois des infrastructures. Le projet est évalué à plus de 50 millions de dollars.

« Ce sera une infrastructure qui va nous permettre d’avoir le statut d’un aquarium de classe mondiale et ça va nous amener, je pense, à avoir des gens, peut-être, qui viendront à Québec pour cette raison », a soutenu le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx.

Aucun montant n’a été annoncé pour réaliser la phase 3 de la promenade Samuel-De Champlain, qui est inscrite au PQI dans la catégorie « À l’étude », et ce, depuis quelques années déjà. Le ministre Proulx a toutefois laissé entendre qu’une annonce était imminente dans le dossier.

« Je pense qu’on va se reparler bientôt puis que ça va commencer. Je suis persistant et insistant », a-t-il dit.

Main-d’oeuvre

Alors que la pénurie de main-d’oeuvre continue de représenter le principal obstacle au développement économique dans la région de la Capitale-Nationale, le gouvernement Couillard annonce un soutien financier additionnel de 3,5 millions de dollars à Québec international pour favoriser le recrutement, l’attraction et la rétention des travailleurs et des étudiants étrangers.

De plus, le programme Un emploi en sol québécois, une initiative de la Fédération des chambres de commerce du Québec qui vise à faciliter l’accès des personnes immigrantes à des emplois en région, sera élargie à la Capitale-Nationale. Le service continuera d’être offert dans la région de la Chaudière-Appalaches.

Cannabis

À quelques mois de la légalisation du cannabis, le gouvernement libéral annonce une aide de 62 millions $ sur 2 ans pour aider les municipalités à encadrer la consommation de cette substance.

Cette somme, tirée des revenus provenant de la vente de cannabis, pourra notamment être utilisée par les corps policiers pour donner à leur personnel des formations sur la conduite avec les facultés affaiblies et acquérir des outils nécessaires à la détection de drogues.

Québec veillera à ce que les villes utilisent les revenus tirés de la vente de cannabis pour financer des mesures conformes à ses orientations, soit la réduction des méfaits et des risques pour la santé, le maintien de la sécurité publique, la lutte à la contrebande et l’orientation des consommateurs vers le marché légal.

Avec la collaboration de Louise Boisvert et Nicolas Vigneault

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité