Retour

C'était son rêve, mais le maire de Ritchot ne pourra finalement pas être pompier

En mai dernier, le maire de la municipalité rurale de Ritchot, Chris Ewen, annonçait son intention de rejoindre l'équipe des pompiers volontaires à Ile-des-Chênes. La semaine dernière, à l'issue d'une réunion avec les services d'urgence de la municipalité, le chef des pompiers et l'administrateur en chef de la municipalité, le conseil municipal a recommandé au maire de ne pas s'engager dans cette voie.

Un texte de Pierre Verrière

« Ce serait vu comme un conflit d'intérêts, car je revêtirais deux casquettes, celle de pompier et celle de maire. C'est dommage, car je voulais vraiment faire partie des pompiers volontaires de la communauté, mais je comprends tout à fait », a expliqué Chris Ewen, le maire de la municipalité rurale de Ritchot, élu il y a moins d'un an.

Il indique pourtant que cela ne serait pas illégal au regard des règlements en place dans la municipalité, mais que cela pourrait déboucher sur des « situations inconfortables ».

Ce n'est pourtant pas la première fois qu'un tel cas se présente dans la province.

Ted Tkachyk fut ainsi le chef des pompiers volontaires de la municipalité rurale de Grey tout en assurant la fonction de préfet. Selon l'administratrice en chef de la municipalité rurale de Grey, Kim Arnal, « si le chef des pompiers est un employé cela change la donne, car un employé aurait besoin de prendre un congé pour se présenter aux élections municipales ».

Du côté de La Broquerie, la municipalité reconnaît qu'il n'existe pas de règlement en la matière, mais que si le cas venait à se présenter, cela représenterait un conflit d'intérêts.

Hanover adopte un règlement

Une communauté a, en revanche, choisi de prendre les devants et d'adopter un règlement afin d'encadrer spécifiquement ce cas de figure. Depuis le 13 juin, la municipalité rurale de Hanover, interdit aux pompiers volontaires de siéger au conseil municipal ou de se présenter aux élections municipales.

S'ils souhaitent briguer un mandat, ils doivent alors quitter leurs fonctions de pompier.

« Dans le passé, nous avons plusieurs cas de pompiers qui ont été élus sur le conseil municipal et tous finissaient par démissionner de leur poste de pompier, car cela représentait trop de travail et nous avons voulu rendre cela officiel », explique Luc Lahaie, l'administrateur en chef de la municipalité rurale.

Reste que le maire de Ritchot dit ne pas avoir totalement renoncé à son rêve de devenir pompier. Il pense se joindre à une équipe de pompiers volontaires dans une des communautés voisines, mais se dit aussi prêt à attendre.

« Si je dois attendre la fin de mon mandat pour rejoindre les pompiers volontaires, je serai très heureux de le faire, car c'est quelque chose que j'ai vraiment envie de faire pour ma communauté », indique-t-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un homme danse sur le toit de sa voiture





Rabais de la semaine