Retour

« Ça commence mal », reconnaît Nadeau-Dubois, qui maintient sa confiance en Marissal

Réagissant à l'aveu de Vincent Marissal à l'effet qu'il avait menti sur ses démarches passées auprès du Parti libéral du Canada, Gabriel Nadeau-Dubois estime que son candidat vedette fait ainsi preuve d'humilité et qu'il jouit toujours de sa confiance et de celle du parti.

En entrevue à l’émission Gravel le matin, le co-porte-parole de Québec solidaire, qui a parrainé l’arrivée de Vincent Marissal au parti, a reconnu qu’il aurait préféré une entrée en politique moins tumultueuse pour son candidat.

« Les gens ne veulent pas des politiciens parfaits, mais humbles et capables de reconnaître leurs erreurs, et c’est ce que Vincent a fait hier », a ajouté Gabriel Nadeau-Dubois, éludant au passage le fait que Vincent Marissal, coincé par les médias sur ses tractations avec le PLC, a plutôt été forcé d’admettre son mensonge.

Entrée en politique remarquée

Rappelons que lors de son entrée officielle en politique, le 3 avril dernier, Vincent Marissal avait indiqué, en réponse à des questions de journalistes, qu’il avait été courtisé par plusieurs partis, qu’il connaissait des gens au PLC, mais qu’il n’avait jamais approché les libéraux lui-même en vue d’une carrière politique dans leurs rangs.

Or, des journalistes ont pu confirmer rapidement que M. Marissal était bel et bien entré en contact plusieurs fois avec le PLC, soit en vue de devenir candidat, soit pour devenir conseiller du premier ministre Justin Trudeau.

Interrogé une nouvelle fois à ce sujet par des journalistes mercredi soir, lors d’une mêlée de presse à Québec, Vincent Marissal a finalement admis avoir menti et « manqué de clarté » sur cette question. « Je n’ai pas employé les bons mots. J’aurais dû être plus transparent », a-t-il reconnu.

Québec solidaire était-il au courant?

Selon Gabriel Nadeau-Dubois, l’intérêt de Vincent Marissal pour diverses formations politiques avant son entrée à QS était clairement établi entre eux.

« Il nous avait dit qu’il avait eu des discussions avec le Parti libéral du Canada, qu’il y avait eu un intérêt mutuel de part et d’autre de discuter de ce qui était possible. Et puis, après des discussions avec moi sur le Québec, sur le meilleur projet de société à mettre de l’avant, eh bien, Vincent a décidé de venir à Québec solidaire », a affirmé Gabriel Nadeau-Dubois.

« Avoir été intéressé par un autre parti politique, ce n’est pas un squelette [dans le placard] », a-t-il soutenu.

Un choix courageux

Pour le représentant de Québec solidaire, si Vincent Marissal avait été un opportuniste qui se « magasinait » un parti politique, il n’aurait pas choisi un parti de gauche qui forme la troisième opposition à l’Assemblée nationale, c’est selon lui un choix courageux et fait par conviction qui a amené Vincent Marissal au parti.

En ce qui a trait à l’effet qu’aura l’admission de ce mensonge sur l’issue de l’investiture du prochain candidat qui représentera QS dans la circonscription de Rosemont, Gabriel Nadeau-Dubois a rappelé que c’est aux membres du parti qu’il incombera de lui accorder ou non leur confiance.

En ce qui le concerne, Gabriel Nadeau estime avoir encore « pleine confiance » en M. Marissal qui affrontera le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, dans cette circonscription cet automne, s’il décroche la candidature de Qs dans cette circonscription.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité