Retour

Carte électorale en N.-É. : les objections des Acadiens ne sont pas retenues

Le projet de loi du gouvernement McNeil sur le redécoupage de la carte électorale va de l'avant en dépit des objections formulées par les groupes acadiens.

La majorité libérale au sein du comité d’amendement des lois de l’Assemblée législative a voté jeudi pour que le projet de loi procède, même si les groupes acadiens s’opposent à une disposition sur la création possible de circonscriptions regroupant des populations francophones séparées géographiquement.

Les organismes comme la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (Fane) rejetaient aussi la proposition selon laquelle le nombre existant de sièges à l’Assemblée, soit 51, soit préservé.

Le gouvernement McNeil avait pourtant annoncé il y a trois jours le retrait du projet de loi, après les objections formulées par des représentants acadiens devant le comité.

Le gouvernement explique maintenant qu’il ne veut pas limiter les options de la commission de délimitation des frontières électorales qui sera chargée de proposer une nouvelle carte.

« Déçue et amère »

Par voie de communiqué, la Fane se dit « extrêmement déçue et amère ».

« La Fédération acadienne s’estime à nouveau victime de calculs politiques », a déclaré le président de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, Ghislain Boudreau.

La Fane incite ses organismes membres à se préparer dès maintenant à intervenir devant la future commission de délimitation des frontières électorales.

Les organismes acadiens réclament rien de moins que le retour des anciennes circonscriptions acadiennes de Clare, d’Argyle et de Richmond, éliminées par l'ancien gouvernement néo-démocrate de Darrell Dexter, ainsi qu’une circonscription pour la région de Chéticamp.

Plus d'articles