Retour

« Ce n'est pas un budget sexy » : le budget provisoire 2018 de Saskatoon fait sourciller

Le maire de Saskatoon, Charlie Clark, dit que le budget proposé pour l'année 2018, dans un contexte de fortes pressions financières, marque un retour à l'essentiel, mais ne plaira pas pour autant à tout le monde.

Un texte d'Omayra Issa

Lundi, la municipalité a proposé dans la première version de son budget de l'an prochain une augmentation de l'impôt foncier de 4,9 % tout en réservant des fonds à des projets de grande envergure qui peuvent prendre plusieurs années à voir le jour.

« Nous voulons nous assurer que le budget reflète les besoins des gens », affirme M. Clark.

Même si la Ville de Saskatoon reconnait que son budget pour l'année 2018 n'est pas séduisant pour ses résidents, les administrateurs disent qu’ils ont été forcés de prendre des décisions difficiles, car la province a allégé ses coffres de 6,1 millions de dollars pour l'an prochain et en raison de l'inflation.

Des dépenses en infrastructures

Le budget de 1,1 milliard de dollars prévoit 295,4 millions de dollars pour les projets d’immobilisation, soit une augmentation de 33,5 millions de dollars comparativement à 2017. Une grande partie de cette somme sera allouée aux transports.

La municipalité dit que ses dépenses incontournables comme le maintien de ses routes et de ses opérations de déneigement s’élèveront à 61,9 millions de dollars.

Malgré tout, l'ébauche du budget municipal réserve quand même du financement pour d'importants projets. Le musée d'art moderne Remai recevra près de 5,4 millions de dollars pour ses coûts d'opération. La Ville doit également inclure dans son budget la construction d'un centre récréatif de 40 millions de dollars d'ici les trois prochaines années. Ce centre ouvrirait ses portes en 2023.

Par ailleurs, des dépenses sont prévues pour construire une caserne de pompiers et pour terminer la construction d'un centre civique dans le sud-ouest de la ville.

La Ville veut mettre en place dès 2019 un système performant de transport rapide par bus, qui coûterait en moyenne 44 millions de dollars par an jusqu’en 2022.

Forcée de dépenser

Le professeur en sciences politiques de l'Université de la Saskatchewan, Joe Garcea, dit que la Ville de Saskatoon n'a pas le choix d'injecter de l'argent dans ces projets parce qu'elle s’est déjà engagée.

Il note que les résidents de Saskatoon sont ouverts à une augmentation de l'impôt foncier s'ils reçoivent des services de bonne qualité.

Par contre, l'Association des agents immobiliers de Saskatoon croit que la hausse de l'impôt foncier aura quand même un impact négatif sur le marché de l'immobilier parce que certains acheteurs vont être découragés à investir.

Les conseillers municipaux voteront sur le budget pour l'an prochain le 28 novembre et pourraient apporter des amendements.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine