Retour

Ce que vous devez savoir sur le projet de transport structurant

Difficile de s'y retrouver depuis que le maire de Québec a relancé le projet de tramway en décembre. Une annonce est imminente, et plusieurs informations ont été dévoilées depuis. Que sait-on sur le plan de Régis Labeaume?

Un texte de Louise Boisvert

D'abord, le recours au tunnel dans le secteur de la colline Parlementaire est apparu dans le plan de mobilité durable déposé en 2011.

Le document souligne que « le coût de l'infrastructure sur la côte d'Abraham ne sera pas standard » en raison de la forte pente naturelle du terrain. Un réaménagement qui va inclure un « passage en tunnel » sous place D'Youville.

Ce que l'on ne savait pas, c'est que dans sa nouvelle mouture, la Ville de Québec entend poursuivre le tracé souterrain jusqu'à l'avenue des Érables, dans le quartier Montcalm.

Selon nos informations, cette solution permet d'éviter le tronçon trop étroit situé entre les rues Turnbull et Cartier.

Inconvénients

Lors des consultations publiques en juin, la Ville avait expliqué dans un document qu'un tracé en Haute-Ville allait entraîner l'expropriation de 34 bâtiments, l'abolition de 300 cases de stationnements et l'abattage de 200 arbres.

Le tracé souterrain devrait limiter les inconvénients.

Trop étroit

Si on se fie au même document, le boulevard René-Lévesque demeure trop étroit pour maintenir les deux voies de circulation dans les deux directions.

Le même problème s'annonce entre les rues Myrand et Maguire, près des cimetières juif et Saint-Michel. Là aussi, des sources près du dossier nous confirment qu'une solution a été trouvée.

Le tracé de la Basse-Ville

Selon nos informations, la Ville de Québec n'aurait pas renoncé au tracé du boulevard Charest, même si le mode de transport reste à déterminer. Le tracé de la Basse-Ville devait favoriser le développement économique, notamment dans le secteur près de l'autoroute Charest.

La Ville soutenait également qu'elle mettait en place des trajets plus rapides pour 50 % des utilisateurs du transport en commun qui font le détour par la Haute-Ville pour se rendre soit à l'Université Laval, soit en banlieue.

Mobilité intégrée

Le réseau de transport structurant devrait également tenir compte de la mobilité intégrée. Cette nouvelle expression a été entendue pour la première fois lors du Sommet sur la mobilité en août dernier.

Le Réseau de transport de la Capitale (RTC) y a fait valoir que le futur passe par une diversité des modes de transport. Sur une même carte mensuelle par exemple, les usagers pourraient ajouter quelques déplacements en taxi ou en covoiturage.

Le projet qui sera dévoilé sous peu devrait tenir compte des différents modes de transport du réseau.

Interconnexion

L'interconnexion avec Lévis est de retour dans les plans. Même si le maire répète à tout vent qu'il agit seul dans ce projet, il y a des propositions pour relier Lévis à Québec, comme le réclamait le maire Gilles Lehouillier le mois dernier.

En coulisse, on affirme que cette proposition s'est ajoutée plus récemment. On souligne au passage que plusieurs citoyens l'ont réclamé lors des consultations publiques.

Le maire Labeaume affirme maintenant que le projet de réseau sera présenté à la population. « Nous sommes encore ouverts aux suggestions », a-t-il dit lundi en marge du conseil municipal.

Plus d'articles