Retour

Château-Richer : une partie du budget entre les mains des citoyens

Les citoyens de Château-Richer pourront disposer eux-mêmes d'une partie du budget de leur municipalité. Une somme allouée de 25 000 $ servira à réaliser des projets proposés par les citoyens, sans que les élus soient impliqués dans le processus.

Un texte de Jean-François Nadeau

Le concept de « budget participatif citoyen » existe ailleurs dans la province, mais il s'agit d'une première dans la région de Québec.

Les propositions soumises par les citoyens devront toucher soit les travaux publics, les loisirs, la culture, la vie communautaire ou la sécurité. Ils devront également être réalisables dans un lieu public et intéresser le plus grand nombre de personnes.

Le premier budget participatif a été créé en 1989, à Porto Alegre, au Brésil. La conseillère municipale, Johanne Pageau, s'est inspirée du concept à Château-Richer.

« Je trouve que c'est un outil de communication entre les citoyens, les fonctionnaires de la ville et les élus, dit-elle. Peut-être que les gens ont des projets qui sont innovants, auxquels les fonctionnaires de la ville ou les élus n'ont pas pensé. Ça crée une belle dynamique », explique-t-elle.

Chaque proposition citoyenne sera analysée par un comité formé du directeur général de Château-Richer, du directeur des travaux publics, de la directrice des loisirs et de deux citoyens.

« On a pris la décision de se retirer du processus comme élus, souligne Johanne Pageau. On ne fera pas partie du comité de sélection. C'est une question de transparence. On veut que le processus soit indépendant de la politique. »

Des projets pour les jeunes

Le budget alloué de 25 000 $ n'est qu'un départ pour mettre sur pied le concept de budget participatif. La somme pourrait être bonifiée dans le futur.

« L'important, cette année, c'était de lancer le projet, raconte Johanne Pageau. À l'avenir, on pourrait, par exemple, faire le projet sur deux ans, avec un plus gros budget. On pourrait aller chercher des partenaires financiers. Notre objectif, c'est d'atteindre à terme 1 % du budget global d'immobilisations. »

« Ce qu'on voudrait faire aussi, ce serait de créer le volet jeunesse pour les 12 à 16 ans », ajoute Mme Pageau.

Le vote sur les projets proposés aura lieu à l'automne. Le projet gagnant sera annoncé en décembre 2018 pour une réalisation l'année prochaine.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine