Retour

Christine Elliott conteste l'élection de Doug Ford à la tête du Parti conservateur ontarien

À peine deux heures après l'annonce de l'élection de Doug Ford à la tête du Parti progressiste-conservateur ontarien (PPCO), la candidate Christine Elliott a annoncé qu'elle contestait les résultats du vote, estimant qu'ils sont teintés « de graves irrégularités ».

Dans le communiqué, Christine Elliott affirme avoir remporté le vote populaire ainsi que la majorité des circonscriptions. Elle souligne que sur les quelque 12 000 points inclus dans les calculs finaux, il y avait moins de 150 points de différence entre les deux candidats.

L'ex-députée et candidate à la direction du parti à trois reprises réclame une enquête sur ces irrégularités.

« Des milliers de membres ont été assignés à de mauvaises circonscriptions; par exemple, les membres votant dans Mount Hope, à Hamilton, ont été assignés à la circonscription de Chatham-Kent, située à des centaines de kilomètres plus loin », a-t-elle illustré.

C'est après plusieurs heures d'incertitude que Doug Ford a été déclaré vainqueur de cette course serrée. Mme Elliott est arrivée en deuxième position, suivie de Caroline Mulroney puis de Tanya Granic Allen.

« Nous avons franchi la première étape pour défaire Kathleen Wynne. Nous allons présenter un programme qui répond aux demandes des Ontariens », a annoncé l'ancien conseiller municipal de Toronto, dans son discours de victoire, auquel ne s'est pas présentée Christine Elliott.

Les élections générales ontariennes sont prévues le 7 juin prochain.

Une journée d'élection chaotique

Les membres ont dû quitter la salle où se tenait le Congrès en début de soirée samedi après que Hartley Lefton, le président du Comité des élections, eut fait savoir qu'il y avait des problèmes avec le décompte des voix. L'origine d'environ 1300 bulletins de vote était remise en question, selon des informations obtenues par CBC.

« Rentrez à la maison pour attendre les résultats, nous n'avons plus accès à la salle », a alors dit Hartley Lefton aux membres présents. La foule, mécontente, a crié « la honte! »

Plus tôt dans la journée, trois sources avaient affirmé à CBC/Radio-Canada que Doug Ford serait le nouveau chef du parti, avec une mince avance sur Christine Elliott. Aucun des candidats n'avait toutefois reconnu publiquement l'issue du vote.

Le nom du nouveau chef devait initialement être connu vers 15 h 15. L'équipe de Christine Elliott a toutefois demandé un recomptage à la main.

« Il y a eu une enquête sur les enjeux encourus et la contestation a été rejetée et les votes ont été recomptés », a précisé M. Lefton au moment de l'annonce de la victoire de M. Ford.

Selon les responsables du parti, le taux de participation a été plus élevé que lors de toute autre course à la direction du parti, avec 64 053 votes sur les 71 450 membres qui s'étaient enregistrés.

De la déception

L’ancien député et candidat à la chefferie en 2009 Frank Klees, s'est dit « très fâché » du déroulement de cette journée. Il aurait aimé que tous les membres puissent voter et que la période de vote soit prolongée, comme cela avait été demandé plus tôt cette semaine. La demande avait été rejetée vendredi soir par un juge de Toronto.

Des membres, qui s'étaient déplacés à Markham pour l'occasion, se sont dits déçus de ne toujours pas connaître les résultats, après avoir fait le déplacement.

Denis Claveau, partisan de Doug Ford, a trouvé la journée longue. « On a attendu cinq heures et c'est décevant de se faire dire de retourner chez nous, surtout avec tous les efforts qui ont été mis dans cette campagne », dit-il.

Une partisane de Christine Elliott, Karen Howard s'est dite en revanche confiante dans la façon dont le processus était fait et que s'il fallait prendre plus de temps, il était important de le faire. « C'est une étape importante pour notre parti, il faut prendre le temps de bien le faire », dit-elle.

Un début d'année mouvementée au PPCO

Cette course à la chefferie, à moins de cinq mois des élections générales, a été provoquée par la démission soudaine de Patrick Brown, qui était à la tête du Parti progressiste-conservateur jusqu'en janvier dernier. M. Brown a renoncé à son poste dans la foulée d'un reportage diffusé par le réseau de télévision CTV, qui faisait état d'allégations d'inconduite sexuelle de sa part.

Brisant le silence à la mi-février, l'ex-chef avait décidé de se présenter comme candidat à sa propre succession, estimant qu'il avait fait l'objet d'allégations « fictionnelles et calomnieuses ». Il a cependant choisi de retirer sa candidature de la course à la chefferie 10 jours plus tard, quelques heures seulement après que le commissaire à l'intégrité de la province eut annoncé qu'il enquêtait à son sujet.

Cette enquête a été ouverte à la demande de Randy Hillier, député conservateur de Lanark—Frontenac—Lennox et Addington. À l'ouverture de la session parlementaire le 20 février, il a accusé Patrick Brown d'avoir « fait de la politique sale et croche », mettant en cause les finances personnelles de l'ex-chef ainsi que certains voyages d'affaires.

Plus d'articles