Retour

Christine Moore veut que les femmes en milieux ruraux soient entendues

La députée néodémocrate d'Abitibi-Témiscamingue, Christine Moore, revient satisfaite de sa participation à la 62e session de la Commission de la condition de la Femme des Nations Unies, à New York.

Un texte de Jocelyn Corbeil

Christine Moore, qui est porte-parole du NPD en matière de ruralité, prenait part à une session de l'Union Interparlementaire portant sur les femmes et la ruralité.

Des participants des quatre coins de la planète prenaient part à l'événement.

Christine Moore, s'inquiète toutefois du manque d'écoute du point de vue des femmes des milieux ruraux.

« Souvent on fait des consultations, par exemple, sur des enjeux au niveau des femmes, dit Christine Moore. On le voit au Canada, on fait des consultations à Vancouver, Toronto, Montréal [et] les femmes rurales sont un peu ignorées. Donc on parle des dynamiques sans prendre compte de la réalité rurale », ajoute-t-elle.

L'accès aux technologies, dans les milieux plus éloignés, est un enjeu important pour obtenir le point de vue des femmes en milieu rural.

« C'est sûr qu'il y a des pistes de solution, admet-elle. On a remarqué lorsque, par exemple, l'accès aux technologies était présent, ça aidait les femmes rurales à prendre beaucoup plus de place. C'est sûr et certain qu'il faut un accès aux technologies : qu'on parle d'Internet, oui, mais aussi du téléphone cellulaire. Ça a des impacts oui sur la sécurité, mais aussi sur la capacité à communiquer », soutient la députée d'Abitibi-Témiscamingue et porte-parole du NPD en matière de ruralité.

Plus d'articles