Retour

Christine St-Pierre participera à la commémoration de la bataille de la crête de Vimy, en France

La ministre québécoise des Relations internationales, Christine St-Pierre, s'envole pour la France, où elle participera à la cérémonie soulignant le 100e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy.

Le Québec a d'ailleurs joué un rôle important dans cette bataille historique, selon elle.

Mme St-Pierre représentera le Québec au sein de la délégation canadienne qui sera présente, dimanche, au Mémorial national du Canada à Vimy, afin de rendre hommage aux quelque 10 600 soldats canadiens qui ont perdu la vie ou été blessés lors de l'assaut contre les Allemands.

La bataille de Vimy, qui a fait rage du 9 au 12 avril 1917, est considérée comme un tournant de l'histoire canadienne, mais peu de Québécois la connaissent, a dit Mme St-Pierre en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne vendredi, avant son départ.

Longuement et minutieusement préparée, la bataille de Vimy, qui a été victorieuse, représente selon plusieurs l'avènement de la capacité du Canada de diriger ses propres opérations. Le Canada a par la suite signé le Traité de Versailles en son nom propre et a obtenu un siège au Bureau international du travail.

Les Québécois en savent plus au sujet de la Deuxième Guerre mondiale et des mouvements contre la conscription, a avancé la ministre St-Pierre.

« Ils avaient de la difficulté à comprendre qu'ils allaient se battre pour la Couronne d'Angleterre finalement. C'était difficile à comprendre pour les Canadiens français, parce qu'aller se battre pour quelqu'un qui nous avait battus, c'était compliqué », a-t-elle dit.

Pourtant, la méconnaissance et le ressentiment ne doivent pas se traduire en un manque d'intérêt, a-t-elle poursuivi.

Le rôle joué par des Québécois

« Il y a de la pédagogie à faire », a dit Mme St-Pierre, avouant avoir elle-même appris tout récemment que le 22e bataillon de Québec avait été impliqué dans la bataille de Vimy. Elle souhaite d'ailleurs que la Grande Guerre soit mieux enseignée dans les écoles.

Le bataillon, qui a depuis été rebaptisé Royal 22e Régiment, était chargé du nettoyage après la bataille.

« Les pertes de Québécois semblent minimes, mais les Québécois jouaient un rôle important. [...] Ils pouvaient tomber sur des embuscades, alors c'était aussi très risqué d'avoir cette tâche-là », a dit la ministre.

Soutenant aller en France pour « livrer un message de respect », Mme St-Pierre a dit avoir une pensée toute spéciale pour les soldats québécois qui œuvrent aujourd'hui au sein des Forces canadiennes.

« Il y a des Canadiens et je le sais, des Québécois, parce qu'on en connaît personnellement qui ont été dans la reprise de Mossoul dans le nord de l'Irak récemment. On a encore des gens courageux au Québec qui joignent les Forces et qui vont défendre la démocratie, et ça, je pense qu'il faut les saluer et leur dire qu'on est fier d'eux », a-t-elle conclu.

Le drapeau du Québec à l'Assemblée nationale sera mis en berne dimanche, pour souligner le 100e anniversaire de la bataille de Vimy. Des coups de canon retentiront à la Citadelle de Québec, à compter de 11 h.

À Montréal, le maire Denis Coderre procédera à l'inauguration de la nouvelle place de Vimy dans le parc Notre-Dame-de-Grâce, dimanche après-midi.

Des cérémonies et activités commémoratives seront également organisées au Monument commémoratif de guerre du Canada, à Ottawa.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine