À moins de six mois des élections provinciales, et après cinq ans au pouvoir, la première ministre de la Colombie-Britannique s'est pliée, peut-être pour la dernière fois, à la traditionnelle entrevue de fin d'année. Au cours d'un entretien d'une dizaine de minutes avec le correspondant de CBC à Victoria, Christy Clark a parlé d'immobilier, de pipelines et d'éducation.

L’augmentation du prix de l’immobilier ayant fait les manchettes cette année, Christy Clark a rappelé les gestes de son gouvernement pour contrôler le prix de l’immobilier tout en permettant aux locataires d’accéder à la propriété.

Parmi ces mesures, une taxe pour les propriétaires étrangers, une autre pour les propriétés de luxe, ainsi que des exemptions pour les nouveaux propriétaires, en plus des prêts sans intérêt annoncés jeudi pour les premiers acheteurs.

« Mais si les municipalités comme Vancouver n’autorisent pas la construction de logements supplémentaires, le problème va continuer », a-t-elle expliqué.

Trans Mountain : vers un oui

Par rapport à l’expansion du pipeline Trans Mountain, Christy Clark a dit être toujours en négociations avec l'entreprise Kinder Morgan pour que la Colombie-Britannique obtienne sa juste part et avec le gouvernement fédéral pour que les côtes soient mieux protégées. Il s'agit de deux des cinq conditions imposées par la province en 2012.

Elle a souligné que les négociations évoluaient positivement. « Je ne pense pas que ces problèmes soient insurmontables », a-t-elle indiqué.

Mon travail est simplement de me battre pour la Colombie-Britannique, car je savais dès le départ que le gouvernement fédéral allait probablement l’approuver. Je voulais m’assurer que si le projet était approuvé, nous aurions autant de bénéfices et de protection que possible. Et je pense que nous l’obtiendrons.

Christy Clark, première ministre de la Colombie-Britannique

Vers une réforme des primes d'assurance maladie?

En septembre, le gouvernement provincial a annulé une augmentation des primes d'assurance maladie (MSP), qu’il avait annoncée dans son budget provincial quelques mois plus tôt.

Le revirement faisait suite à une campagne pour abolir la prime d’assurance, qui au-delà d’un certain revenu, coûte le même prix pour tous. La première ministre a dit vouloir travailler à une autre méthode pour financer le système de santé publique.

Je ne pense pas que le système actuel de primes d’assurance maladie soit juste et nous devons régler ce problème.

Christy Clark, première ministre de Colombie-Britannique

Écoles francophones : attendons la fin des procédures juridiques

L’éducation a aussi occupé une place importante au cours de cette entrevue. Christy Clark a dit travailler avec le syndicat des enseignants pour embaucher davantage d’enseignants spécialisés, de bibliothécaires et de conseillers rapidement, peut-être même en janvier.

Concernant ses intentions par rapport à la construction d’écoles francophones, la première ministre s’est toutefois montrée évasive.

Questionnée sur ses intentions à la suite du jugement concernant l’éducation en français en Colombie-Britannique, où la juge Loryl Russell a ordonné la mise en place d’un fonds spécial pour la construction d’écoles francophones, Christy Clark a dit vouloir attendre la fin des procédures d’appel devant les tribunaux.

Nous venons d’ouvrir une nouvelle école, nous sommes en train d’identifier un endroit pour une nouvelle école, nous savons que nous devons en faire plus, mais c’est toujours devant les tribunaux. Ce sera plus facile d’avancer une fois ces procédures terminées.

Christy Clark, première ministre de Colombie-Britannique

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine