Retour

Chute de Brian Pallister : la communication du gouvernement critiquée

L'opposition néo-démocrate du Manitoba invite le premier ministre Brian Pallister à éclaircir les circonstances d'une mésaventure au cours de laquelle il s'est blessé, la semaine dernière, aux États-Unis, accident que les Manitobains ont ignoré pendant plusieurs jours.

Le député et porte-parole néo-démocrate Andrew Swan affirme que les Manitobains ne savent toujours pas pourquoi le premier ministre était au Nouveau-Mexique une semaine avant la présentation du discours du Trône, ni si M. Pallister utilisait un téléphone cellulaire du gouvernement provincial pendant son séjour, comme le prévoit un nouveau protocole.

Une randonnée en solo vire au cauchemar

Le premier ministre manitobain s'est gravement blessé lors d'une randonnée dans la forêt nationale Gila de l'État du Nouveau-Mexique, le 13 novembre. M. Pallister se baladait seul et a perdu son chemin, affirme la police américaine. La nuit tombée, il a fait une chute importante et a subi plusieurs coupures, des ecchymoses et une fracture ouverte au bras gauche.

L’épouse du premier ministre a alerté les policiers de la disparition de son mari quand celui-ci ne s’est pas rendu au point de rencontre à l’heure convenue.

Brian Pallister a été hospitalisé à Silver City au cours de la nuit et est revenu au Manitoba vendredi, moment auquel la nouvelle de l'accident a été dévoilée au gouvernement ainsi qu'au public.

Le public tenu dans l'ignorance

M. Swan affirme que le public a le droit de savoir si le premier ministre utilisait un téléphone cellulaire gouvernemental pendant ses vacances, surtout après la mise en place de nouveaux protocoles relatifs aux communications gouvernementales, et pourquoi les Manitobains n’ont appris l’incident que quatre jours après que le premier ministre ait été gravement blessé.

Le néo-démocrate s'est également questionné à savoir si la vice-première ministre Heather Stefanson agissait en qualité de première ministre intérimaire en l’absence de M. Pallister.

Le député souhaite également que Brian Pallister se prononce sur un nombre adéquat de jours de vacances pour un premier ministre. Depuis le début de son mandat, M. Pallister s’est souvent retrouvé sur la sellette pour la durée de ses vacances annuelles à sa résidence familiale au Costa Rica.

Les progressistes-conservateurs à la défense de leur chef

En réponse aux critiques d’Andrew Swan, le directeur des communications du bureau du premier ministre a souligné que « le ton et le fond » du discours du Trône ont été établis avant que M. Pallister ne parte en vacances. Chisholm Pothier a également fait valoir que le chef progressiste-conservateur avait son téléphone cellulaire gouvernemental avec lui durant son séjour, mais que le premier ministre ne l’avait pas sur lui pendant son excursion dans la nature.

« Il était en mesure de communiquer avec son personnel en cas de besoin. Et, évidemment, ça s’est avéré nécessaire après l’accident », note M. Pothier.

« Même si M. Swan n’est pas très présent dans les médias sociaux, il doit être conscient que des plateformes telles que Facebook et Twitter existent depuis plus de 10 ans et que la plupart des élus en font l’usage, dit M. Pothier. Puisque le premier ministre est sur ordre du médecin de se reposer et de se remettre chez lui, une courte mise à jour vidéo partagée dans les réseaux sociaux était la façon la plus efficace de fournir en temps opportun des informations fiables aux Manitobains. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine