Retour

Cinq moments forts de la soirée électorale en Ontario

Un gouvernement progressiste-conservateur, une première en 15 ans, a élu très rapidement. Retour sur cinq moments clés de cette élection de Doug Ford.

Un texte de Jérémie Bergeron

1. L’annonce d’un gouvernement conservateur

Quatorze minutes. C’est le peu de temps que Radio-Canada a pris avant d'annoncer un gouvernement progressiste-conservateur en Ontario.

La majorité des bureaux de vote fermaient à 21 h. À 21 h 14, l'annonce du gagnant a été faite dans les studios d'ICI Ontario. Celle d’un gouvernement majoritaire a suivi six minutes plus tard.

Le dépouillement des votes s’est fait rapidement cette année, notamment car la plupart des bureaux de vote étaient munis de tabulatrices électroniques.

2. Un premier député vert

Le chef du Parti vert, Mike Schreiner, a été élu dans sa circonscription de Guelph. Il devient ainsi le premier député de ce parti à obtenir un siège à l'Assemblée législative de l'Ontario.

Mike Schreiner a obtenu près de 15 000 voix de plus que son plus proche rival, un conservateur.

La Colombie-Britannique, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard comptaient déjà des députés du Parti vert. La formation politique est aussi représentée au Parlement à Ottawa par Elizabeth May.

3. Ford parle avant tout le monde

Le premier ministre désigné a dérogé à la coutume, en adressant son discours avant ses opposants.

La tradition veut que les chefs des partis qui n’accèdent pas au pouvoir fassent d'abord leur discours de concession. Le premier ministre élu prend ensuite la parole.

4. Wynne tire sa révérence

Après une cuisante défaite du Parti libéral, Kathleen Wynne a annoncé qu’elle quittait son poste de chef du parti. Elle a toutefois conservé, de justesse, son siège de députée en étant réélue dans la circonscription torontoise de Don Valley-Ouest.

« Ce n'est pas un discours de concession, j'ai concédé il y a plusieurs jours, a dit Kathleen Wynne jeudi soir. C'est l'occasion pour moi de dire merci pour m'avoir permis d'être première ministre, m'avoir permis de rencontrer tant d'entre vous au cours des cinq dernières années. »

Les libéraux ont également perdu leur statut de parti officiel à Queen's Park, en ne remportant que sept sièges.

5- Andrea Horwath mi-figue, mi-raisin

Elle n'accédera pas au poste de première ministre, mais Andrea Horwath se réjouit de voir son parti, le NPD, former maintenant l'opposition officielle à Queen's Park.

Depuis l'élection de Bob Rae en 1990, jamais le NPD n'a récolté autant de sièges lors d'une élection.  Andrea Horwath se dit prête à travailler avec les conservateurs, mais promet de défendre les idées de son parti.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine