Retour

Clivage autour du gaz naturel liquéfié entre le Parti vert et le NPD

Le chef du Parti vert de la Colombie-Britannique, Andrew Weaver, a réitéré mardi sa volonté de prononcer une motion de défiance sur le discours du Trône si le gouvernement continuait d'appuyer l'industrie du gaz naturel liquéfié (GNL).

« Il s'agit d'un dossier si important, que les Britanno-Colombiens ont le droit de décider [en cas d'élection] de la direction à prendre et non pas ceux qui ont fait des promesses en campagne avant de changer d’idée », affirme M. Weaver.

M. Weaver avait déjà déclaré sur Twitter la semaine dernière que le Parti vert pouvait faire chuter le gouvernement du premier ministre néo-démocrate John Horgan s’il continuait dans sa « folie LNG ».

John Horgan, qui effectue un voyage de 10 jours en Asie, a conclu une alliance avec le Parti vert en mai 2017, car son Nouveau Parti démocratique (NPD) n’avait pas assez de sièges pour gouverner seul à la suite des élections provinciales.

Le premier ministre doit aussi composer avec les maires du nord de la Colombie-Britannique qui voient en l’industrie du GNL un moyen de créer des emplois.

Le développement du gaz naturel liquéfié en Colombie-Britannique était une priorité du gouvernement libéral de Christy Clark qui n’a cependant pas pu lancer une seule usine de GNL. Des écologistes et Premières Nations s’y opposaient et les prix du gaz naturel avaient chuté, décourageant les investisseurs.

Plus d'articles