Retour

Coderre voit Duceppe comme un « allié pour Montréal »

Ils ont souvent été adversaires au cours des 25 dernières années, mais Gilles Duceppe et Denis Coderre ont trouvé quelques points de convergence, lundi, à l'occasion d'un passage du chef du Bloc québécois à l'hôtel de ville de Montréal.

MM. Duceppe et Coderre ont notamment exprimé leur opposition commune à l'installation de boîtes postales communautaires par Postes Canada sans l'accord des villes ou à un péage sur le pont Champlain.

Les deux anciens rivaux, qui s'étaient d'abord affrontés lors de la première élection partielle remportée par Gilles Duceppe dans Laurier-Sainte-Marie, en 1990, s'entendent aussi sur autre chose : avec la possibilité d'un gouvernement minoritaire, toute voix exprimant les intérêts de Montréal à Ottawa sera importante.

En réponse à une question sur la façon dont le Bloc québécois pourrait aider Montréal, alors que trois autres partis peuvent aspirer au pouvoir, Gilles Duceppe a répondu que deux d'entre eux seraient inévitablement dans l'opposition, tout comme le Bloc. « Pendant la campagne, ils vont tous vous dire que c'est inutile d'être dans l'opposition, et le soir des élections, ils vont remercier tout le monde de les avoir élus pour faire en sorte de défendre les dossiers », a ajouté M. Duceppe.

Le chef bloquiste a rappelé des dossiers passés, comme le déséquilibre fiscal ou la loi antigang, pour lesquels son parti a obtenu des gains pour le Québec.

De son côté, même s'il reconnaît qu'il est bon pour les intérêts de Montréal que le gouvernement compte des membres « qui ont cette sensibilité-là », Denis Coderre estime qu'en cas de gouvernement minoritaire, « on a besoin de tout le monde ». « La sensibilité, c'est une chose, l'obligation de résultat en est aussi une autre. Dans le contexte du parlementarisme britannique, on a besoin d'hommes et de femmes des deux côtés de la Chambre pour nous assurer qu'on puisse passer des messages », a résumé le maire de Montréal.

Entre autres sujets discutés lundi, le chef du Bloc québécois estime que le gouvernement fédéral devrait réduire la facture des municipalités dans les projets d'infrastructure en s'inspirant d'une formule déjà proposée dans le passé. Il serait aussi d'accord pour que le fédéral participe au financement des fêtes du 375e anniversaire de Montréal, même si l'argent devait venir de l'enveloppe consacrée au 150e de la Confédération, les deux fêtes coïncidant en 2017.

Plus tôt en campagne, le maire Coderre avait formulé une série de demandes aux partis fédéraux pour la métropole, totalisant quelque 2 milliards de dollars sur 4 ans. Il a rencontré le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, et la chef du Parti vert, Elizabeth May, depuis le début de la campagne.

Plus d'articles

Commentaires