Retour

Coiteux satisfait du rapport sur les mesures à prendre au SPVM

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, réitère sa confiance envers le chef de police de Montréal, Philippe Pichet, et se dit satisfait du plan d'action qu'il propose pour rassurer la population quant à l'intégrité du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Le ministre a reçu vendredi le rapport qu'il avait exigé du commandant Pichet. Il qualifie le plan d'action d'« extrêmement sérieux » et voit en Philippe Pichet un « homme décidé » à réinstaurer les communications et la transparence.

Martin Coiteux reste toutefois avare de détails sur le contenu du rapport. La Commission de la sécurité publique de Montréal sera convoquée dès la semaine prochaine pour une série de rencontres visant à permettre au public de prendre connaissance du plan d'action et de suivre l'évolution des mesures.

Le ministre prévient que les changements « de culture et organisationnels » ne se concrétiseront pas « du jour au lendemain », mais il réitère sa confiance envers Philippe Pichet. Il assure également que la Fraternité des policiers de Montréal aura un rôle important à jouer.

« Philippe Pichet a toute la détermination. J’ai confiance en lui. Mais il n’est pas seul dans cette équation-là : il va falloir que les policiers collaborent aussi », affirme Martin Coiteux.

Le ministre confirme aussi qu'un spécialiste de l'éthique, Yves Boisvert, du Centre de recherche sur la gouvernance, va épauler le SVPM afin d’ajouter un regard externe à la situation.

Coderre appuie toujours Pichet

Dimanche, le maire de Montréal Denis Coderre a lui aussi réitéré sa confiance envers le commandant Pichet. « Moi ce que je pense qui est important, c’est qu’on a besoin d’une stabilité. C’est la personne qui a l’appui de l’ensemble de ses cadres », a-t-il déclaré.

« Il a déjà commencé à faire le ménage, puis s’il y a des choses qui sortent entre-temps, il y a des gestes qui sont posés. Il y a eu quelques gestes posés à l’intérieur même du SPVM », affirme le maire.

Denis Coderre s'est également dit rassuré par la participation d'Yves Boisvert au processus, en vantant son expertise. « Le fait qu’il va y avoir un encadrement, le fait que vous allez avoir aussi une expertise de l’extérieur en la personne de M. Boisvert, qui a une très grande crédibilité dans le milieu au niveau de l’éthique et des relations, ça va permettre que ça fonctionne », a-t-il soutenu.

Le PQ exige plus de transparence

Le porte-parole péquiste en matière de sécurité publique, Pascal Bérubé, se dit quant à lui stupéfait du refus de Martin Coiteux de préciser à quel moment exactement le document sera rendu public.

« C'est une volonté de faire cavalier seul. Lui, il a le rapport, il sait ce qu'il y a dedans. Il a choisi les extraits et les angles qui l'intéressaient. C'est particulier, j'ai rarement vu une affaire comme ça. Ça n'a pas de bons sens », a-t-il déploré, visiblement agacé.

« Le document n'est pas accessible. Alors, il faut prendre la parole du ministre qui fait une opération médiatique. C'est un style de gestion assez particulier », a-t-il ajouté.

Pascal Bérubé enjoint à son adversaire politique de faire preuve de plus de transparence.

De son côté, la Fraternité des policiers de Montréal ne commentera pas avant d’avoir pris connaissance du plan.

Port de l'uniforme

Sur le port de l'uniforme pour les policiers, le ministre laisse encore « la chance » à la négociation, et estime qu'un règlement est possible. Il menace de légiférer si aucune entente n'intervient, mais il n’a pas encore avancé d’échéancier.

Entre-temps, deux autres enquêtes se poursuivent dans ce dossier. Une enquête administrative sur les pratiques en vigueur à la division des affaires internes du SPVM a été confiée à l'avocat et ancien sous-ministre de la Justice Michel Bouchard. Et la Sûreté du Québec mène une enquête criminelle sur les allégations de fabrication de preuves.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards