Retour

Collusion : les compagnies ont bien répondu aux mises en demeure de Laval

La ville de Laval pourrait retrouver une partie de l'argent détourné dans la collusion.

Le maire Marc Demers affirme que les compagnies ont bien répondu aux quelque 200 mises en demeure envoyées l'an dernier. Il espère récupérer jusqu'à 100 millions de dollars perdus dans des contrats publics sous le règne de Gilles Vaillancourt.

Le maire se dit optimiste, mais refuse de parler publiquement des sommes discutées en coulisses.

L'année dernière, le projet de loi 26 avait été adopté à l'unanimité à l'Assemblée nationale du Québec pour mettre en place un programme de remboursement volontaire permettant aux personnes et entreprises s'étant adonnées à des pratiques de collusions ou de corruption de laver leur réputation. Un entrepreneur ou une compagnie peut ainsi avouer ses torts, puis s'entendre sur une somme à rembourser au gouvernement dans le cadre d'un processus de médiation.

Le maire de Laval avait salué l'adoption de cette loi en 2015. « En fait, le fardeau de la preuve est inversé, avec ce projet de loi », s'était-il réjouit. « Dès qu'un individu ou une entreprise est reconnu coupable de collusion ou de fraude, nous allons considérer que 20 % des sommes versées par la Ville dans le contrat visé ont été dérobées. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine