Retour

Colombie-Britannique : dans les coulisses de l'alliance entre le NPD et les verts

L'accord entre le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti vert de la Colombie-Britannique pourrait changer le visage politique de la province. Regard sur les négociations et ce qui a mené à cette alliance.

Depuis les élections du 9 mai, le Parti vert détient la balance du pouvoir avec trois députés. Ni les libéraux, avec 43 sièges, ni le NPD, avec 41 sièges, n’ont assez de députés pour assurer une majorité à l’Assemblée législative. Ces deux partis avaient donc espoir de convaincre les verts de les soutenir afin de former un gouvernement stable.

Début des négociations

Les discussions avec le Parti vert ont commencé une semaine après les élections. Le Parti libéral était le premier à la table des négociations. L’équipe libérale qui avait la tâche de convaincre les verts de se joindre à eux était composée de l’ancienne ministre des Finances Carole Taylor, des ministres Mike Bernier et Mike de Jong, ainsi que de Brad Bennett, conseiller politique et président du conseil d'administration de BC Hydro. Carole Taylor a cédé sa place après la première rencontre au directeur de campagne des libéraux lors des élections de 2013, Mike McDonald.

L’équipe des verts était composée du chef Andrew Weaver, de la députée et chef adjointe du parti Sonia Furstenau, de la présidente de la plateforme Liz Lilly et du consultant politique Norman Spector.

Enfin l’équipe néo-démocrate était composée de la députée Carole James, du chef, John Horgan, du président de campagne Bob Dewar et de la conseillère Marie Della Mattia.

Les premières rencontres se sont déroulées avant les résultats finaux des élections. L’une des courses les plus serrées était dans la circonscription de Courtenay-Comox, où la néo-démocrate Ronna-Rae Leonard l’avait emportée par neuf voix contre le libéral Jim Benninger. Le Parti libéral avait espoir de voir le vote des électeurs absents, comptabilisé deux semaines après le scrutin, changer la donne, mais le NPD a conservé ce siège après un recomptage.

« Il y a eu un net changement après le compte final des votes de Courtenay-Comox, explique la chef adjointe des verts, Sonia Furstenau. Pour Andrew [Weaver], moi et Adam [Olsen], le poids de la responsabilité est devenu très, très réel », précise-t-elle. C’est alors que les négociations ont pris de l'intensité.

Un moment décisif

Les discussions entourant le barrage du site C et le pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan ont été l’un des points décisifs, selon le chef du Parti vert, Andrew Weaver. Le vendredi 26 mai, ce dernier a tenu un point de presse où il a souligné que son parti était « très, très près » de parvenir à un accord.

Les libéraux ont ensuite demandé de devancer leur rencontre suivante avec les verts. Toutefois, plutôt que d’offrir une vision nouvelle, le parti au pouvoir n’a pas voulu déroger de son soutien pour le barrage du site C et l’expansion du pipeline Trans Mountain.

Andrew Weaver indique qu’il s’est alors demandé pourquoi il s’était lancé en politique. « Je me suis lancé parce que je ne pouvais pas laisser faire le démantèlement du leadership climatique de [l’ancien premier ministre] Gordon Campbell », a-t-il confié.

Le chef du Parti vert a fait connaître sa décision officielle de s’allier avec le NPD lundi dernier, mais dès dimanche, les néo-démocrates sentaient qu’ils avaient de bonnes chances de parvenir à un accord avec les verts, selon la députée Carole James.

Christy Clark, grande absente

Contrairement à John Horgan et à Andrew Weaver, la première ministre Christy Clark n’était pas présente lors des négociations entre son parti et les verts. Elle est restée à Vancouver et était en contact avec son équipe de négociation au téléphone.

Andrew Weaver indique que, la dernière fin de semaine avant la signature de l’accord, Mme Clark lui a envoyé des textos afin d’organiser un appel téléphonique. Elle avait l’intention de se joindre à la table des négociations le lundi suivant, selon le chef du Parti vert.

Le lundi 29 mai, l’équipe des verts a indiqué à Brad Bennett qu’elle annulait sa réunion prévue la journée même. L’après-midi, John Horgan et Andrew Weaver se sont serré la main devant les médias, dévoilant à tous que leurs deux partis étaient parvenus à un accord historique.

Avec les informations de Richard Zussman, CBC

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine