Retour

Combien ont dépensé les chefs comme député?

Thomas Mulcair est le chef de parti dont les dépenses parlementaires ont été le plus élevées au cours des quatre dernières années. Notre outil interactif révèle que c'est Stephen Harper qui affiche la facture totale la plus faible.

Un texte d'Éric Larouche

En explorant les dépenses des députés entre le 1er avril 2011 et le 31 mars dernier, on constate que le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) a réclamé 1 797 296,90 $, soit 222 660,07 $ de plus que la moyenne des députés, surtout en raison de frais de déplacement.

Durant cette même période, les dépenses parlementaires de Stephen Harper, chef du Parti conservateur, ont été d'un peu plus de 1 million de dollars, soit moins que la moyenne, 1 574 636,83 $.

Les données regroupent uniquement les dépenses parlementaires de chacun des députés. Elles ne comprennent pas les budgets de recherche que reçoivent les partis ni les budgets de bureau permettant aux partis d'opposition reconnus, aux whips et aux présidents de caucus d'accomplir leur travail.

Par exemple, les dépenses du premier ministre sortant et de son équipe effectuées dans le cadre de ses activités comme chef du gouvernement n'entrent pas dans ce calcul, seulement celles liées à sa fonction de député. 

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici

Quant à Justin Trudeau, à la tête du Parti libéral, ses dépenses ont été un peu inférieures à la moyenne, à 1 465 816,10 $.

Élue le 2 mai 2011, la chef du Parti vert, Elizabeth May, a aussi dépensé un peu plus que la moyenne des députés, soit 1 559 808,99 $. Même si elle est la chef de parti dont la circonscription, Saanich-Gulf Islands, en Colombie-Britannique, est la plus loin d'Ottawa, ses frais de déplacement sont plus faibles que ceux des autres élus. Les salaires cumulés de ses employés et les contrats de service qu'elle a octroyés sont un peu plus élevés.

Ces chiffres proviennent de rapports de dépenses des députés, publiés par le Bureau de régie interne du Parlement, qui ont été compilés et représentés dans un outil interactif développé conjointement par ICI Radio-Canada et Polytechnique Montréal.

Les dépenses des élus fédéraux sont encadrées par le Règlement administratif relatif aux députés. Des plafonds de dépenses sont imposés pour chaque député selon leurs fonctions et l'emplacement de leur circonscription. Les fonds, biens, services et locaux fournis aux députés doivent d'ailleurs être utilisés uniquement pour leurs fonctions parlementaires.

Sont exclues notamment les activités :

  • personnelles et celles de sa famille proche;
  • liées à un parti politique, comme solliciter des dons;
  • relatives à la réélection d'un élu;
  • pour soutenir ou critiquer une candidature électorale.

L'interprétation de ces règles est loin de faire l'unanimité.

Les dépenses : source de controverses

Au cours des derniers mois, les principaux partis politiques à Ottawa se sont accusés à tour de rôle d'utiliser des fonds destinés aux travaux parlementaires à des fins électorales.

Le NPD est devant les tribunaux pour éviter de verser les 2,7 millions de dollars que réclame le Bureau de régie interne de la Chambre des communes à une soixantaine d'actuels et anciens députés néo-démocrates qui auraient payé du personnel politique avec des fonds publics. Ce parti conteste aussi une décision de ce même bureau l'obligeant à rembourser 1,17 million pour des envois postaux à grande échelle. Les conservateurs et les libéraux font aussi des envois postaux partisans, rétorque le NPD.

Plus d'articles

Commentaires