Retour

Commission scolaire du Littoral : vers un déménagement en étapes?

L'administratrice provisoire de la Commission scolaire du Littoral, Nadia Landry, devrait être en mesure de remettre son rapport à la fin mars sur le déménagement des bureaux administratifs de l'organisme sur la Basse-Côte-Nord. Toutefois, il n'est pas certain qu'elle recommandera le déménagement complet pour septembre 2018.

Un texte de François RobertDeux rencontres avec le comité consultatif ont été tenues pour discuter des possibilités de relocalisation.

Le secrétaire général et coordonnateur des ressources humaines de la commission scolaire du Littoral, Marc-André Masse, estime qu’il serait surprenant que le transfert de tous les employés de Sept-Îles sur la Basse-Côte-Nord dès septembre, soit recommandé.

« En fait, on sait que le statu quo ne sera pas existant, il va y avoir des changements selon les scénarios proposés et la décision que le ministre va prendre avec, note Marc-André Masse. Mais je pense que la relocalisation de l’ensemble des employés pour le mois de septembre, ce n’est pas quelque chose qui va se réaliser. »

Le préfet de la MRC du Golfe du Saint-Laurent et maire de Gros-Mécatina, Randy Jones, a pris part à l’une des rencontres avec le comité consultatif et il croit qu’un scénario par étapes sera privilégié.

Le comité consultatif ne veut pas compromettre la qualité des services et plusieurs des employés en poste à Sept-Îles ne souhaitent pas déménager sur la Basse-Côte-Nord, souligne Marc-André Masse.

« La majorité [des employés] ont des familles, ils ont une vie ici à Sept-Îles, rappelle-t-il. La majorité, pour ne pas dire la totalité ne [veut] pas déménager. Cela a des impacts, éventuellement, sur la qualité des services qui seraient offerts sur la Basse-Côte-Nord ».

La présidente du comité de parents à la Commission scolaire du Littoral, Jacqueline Gallibois, spécifie que le comité souhaite que la relocalisation des bureaux administratifs de la commission scolaire sur la Basse-Côte-Nord se fasse sans que la qualité de l’enseignement et des services offerts aux étudiants soit touchée.

Le préfet de la MRC du Golfe du Saint-Laurent sait que peu d’employés en poste à Sept-Îles sont enclins à déménager sur la Basse-Côte-Nord.

« On ne veut pas faire de tort aux gens de Sept-Îles, ce n’est pas ça le cas, assure Randy Jones. Et s’ils ne veulent pas venir, "OK, à quoi est-ce que vous vous attendez?" Et si c’est la totalité ? "Et bien OK." On va être obligé de trouver du monde, c’est aussi simple que ça. »

Randy Jones rappelle que ce projet de déménagement des bureaux administratifs est vu comme un moteur de développement sur la Basse-Côte-Nord. Selon lui, le projet devrait favoriser le retour des jeunes sur le territoire.

Une équipe multisectorielle au ministère de l’Éducation accompagne Nadia Landry dans la préparation de son rapport.

Plus d'articles