Retour

Communications par le biais de sa femme : Brian Pallister exprime des regrets

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, avoue que son gouvernement n'aurait pas dû communiquer avec lui par le biais de l'adresse courriel et du téléphone personnels de son épouse, lorsque le chef du Parti progressiste-conservateur était au Costa Rica.

Toutefois, lors d’un point de presse mercredi, M. Pallister a décrit sa femme, Esther, comme étant sa « garde-barrière » et a nié que l’utilisation du compte de messagerie personnel de son épouse ait posé un risque à la sécurité gouvernementale.

« Ma femme joue un rôle de conseillère; elle filtre mes messages pour que le temps que je passe chez nous, en famille, soit réellement du temps passé en famille », a expliqué le premier ministre.

Brian Pallister s'adressait pour la première fois aux médias depuis qu'il eut été dévoilé que des documents gouvernementaux confidentiels ont été envoyés, à plusieurs reprises, à l'adresse électronique personnelle d’Esther Pallister pour que ces derniers soient vus par le premier ministre.

Le jour même des révélations, la province a annoncé la mise en place d’une nouvelle politique interne pour obliger les membres du gouvernement à utiliser des téléphones et la messagerie électronique du gouvernement pour tout échange officiel.

Acculé par des questions visant à savoir si sa femme, qui n’est pas employée du gouvernement, devrait avoir accès à des renseignements confidentiels du gouvernement provincial, Brian Pallister n'a rien lâché : « Vous n’êtes sûrement pas en train de remettre en question l’intégrité de ma femme! Elle est ma première conseillère et confidente dans la vie, et elle la restera. »

Un manque d’humilité

De son côté, l'opposition néo-démocrate crie au mensonge.

Le député Wab Kinew déclare que le premier ministre a déformé la réalité de la situation. « Je pense qu’il doit montrer plus d’humilité. Il est toujours en train de trouver de nouvelles excuses et de nouvelles défenses », maintient le député de Fort Rouge, qui est en lice pour devenir chef du Nouveau Parti démocratique du Manitoba.

« Je ne pense pas que c’est la sorte de réaction que les Manitobains et Manitobaines veulent voir de leur premier ministre », estime-t-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une bulle gèle sous nos yeux





Concours!



Rabais de la semaine