Retour

Compressions en forêt : le PQ revient à la charge

Alors que la saison de la chasse bat son plein, le Parti québécois dénonce à nouveau la réduction du budget de fonctionnement des bureaux d'agents de la faune et la réduction du personnel sur le terrain.

Un texte de Joane Bérubé

Le député de Bonaventure et porte-parole du Parti québécois en matière de forêts, de faune et de parcs, Sylvain Roy ainsi que ses deux collègues de la Côte-Nord, Lorraine Richard et Martin Ouellet, craignent que le manque d’agents sur le terrain n’ouvre la porte à une hausse du braconnage.

Le député Roy soutient que des chasseurs et des pêcheurs lui rapportent que c’est déjà le cas à certains endroits. La possession illégale de terres publiques et l’intimidation dans les zones de chasse seraient aussi des phénomènes en croissance.

Les trois députés pressent donc le gouvernement de réembaucher les effectifs nécessaires et d’investir davantage pour assurer la protection de la faune.

Selon Sylvain Roy, le nombre d'agents de la faune est passé de 426 en 2011 à 374 en 2016. Québec, souligne-t-il, a aussi supprimé 500 000 $ dans le budget des directions régionales. « C'est une atrophie de la capacité d'aller sur le terrain des agents », juge le député.

Environ une vingtaine d’agents de la faune doivent couvrir une zone de chasse qui s'étend sur 250 000 kilomètres carrés sur la Côte-Nord.

Le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, dénonce ce manque de moyens en pleine saison de chasse. « C'est, rappelle-t-il, une économie importante pour toute la Côte-Nord. On a un demi-poste à Schefferville dans le Grand Nord. C'est tout à fait aberrant qu'on n'ait absolument aucun agent régulateur sur le terrain. »

Pour les députés de l’opposition, la réembauche de 40 agents sur cinq ans ne comblera pas les pertes d'effectifs des cinq dernières années ni les dernières compressions budgétaires.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, estime que « les choses vont très bien ». Le gouvernement a prévu un investissement de 24,5 millions de dollars pour les cinq prochaines années.

Plus d'articles

Commentaires