Retour

Conflit à l'ABI : Martine Ouellet se rend sur la ligne de piquetage

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, s'est rendue sur la ligne de piquetage lundi pour donner son appui aux employés en lock-out de l'Aluminerie de Bécancour inc. (ABI).

Ils étaient plus d'une centaine de syndiqués pour l'accueillir, à l'entrée du chemin menant à l'usine.

Martine Ouellet, qui est aussi députée provinciale de Vachon, croit que les dirigeants de l’usine devraient mettre fin au lock-out et retourner à la table de négociations.

« Je ne comprends pas l’attitude du patron ici de faire un lock-out alors que le syndicat est encore prêt à négocier », dit-elle.

La chef du Bloc québécois déplore les conséquences économiques de ce conflit de travail. « C’est démesuré comme réaction de la part d’ABI. C’est toute une région qu’ils prennent en otage. Ça a des impacts sur les travailleurs et sur leur famille, mais aussi sur l’ensemble de l’économie de la région », a-t-elle fait valoir.

Le président de la section locale 9700 du Syndicat des Métallos, Clément Masse, indique qu’il a rencontré Martine Ouellet lors d’un rassemblement en marge de la renégociation de l’ALENA samedi et qu’elle a tout de suite accepté de se déplacer à Bécancour.

« C’est la première [députée] à venir nous voir. Même nos élus dans le comté ne sont pas venus nous voir sur les lignes de piquetage, note-t-il. Ça fait chaud au cœur aux gens, ils sont heureux de l'entendre et de la voir ».

Les 1030 travailleurs ont déjà reçu l'appui d'autres syndiqués, notamment ceux de l'aluminerie de Rio Tinto Alcan d'Alma et ceux du syndicat mexicain Los Mineros.

Mardi, ce sera au tour du co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois de rendre visite aux travailleurs.

Avec les informations de Sarah Désilets-Rousseau

Plus d'articles