Retour

Confronté à des « luttes internes », le chef du NDP du N.-B. démissionne

Dominic Cardy a annoncé lundi qu'il quittait ses fonctions à titre de chef du Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Brunswick. Il dit ne plus être en mesure de lutter contre des « forces destructives » au sein du parti.

M. Cardy a fait l’annonce de sa décision par voie de communiqué le joiur de l'An. Il indique avoir pris cette décision « après une réflexion de Noël avec la famille et des amis ».

L’ancien chef explique que son parti est en train de faire un retour en arrière et que c’est entre autres ce qui motive son choix. « Ils veulent faire marche arrière, retourner au NPD des purs et durs, du fondamentalisme idéologique, à l’époque des victoires morales », affirme-t-il, en faisant référence à « certains néo-démocrates » qui, « avec l'appui de certains leaders du plus gros syndicat du secteur public de la province », tentent de « miner la volonté démocratique du parti ».

L’homme politique a aussi indiqué qu’il ne se reconnaît pas non plus dans les positions que prend la formation fédérale du parti. Il a rappelé que la « structure interne » du parti fait en sorte qu’un membre à l’échelle provinciale l’est aussi à l’échelle fédérale, « qu’on le veuille ou non ».

 La déclaration du NPD fédéral qui prétend que le conflit syrien n’est '' pas notre lutte '' va à l’encontre de toutes mes croyances : que nous vivons sur une petite planète avec la responsabilité de veiller les uns sur les autres. 

Dominic Cardy, chef du Nouveau parti démocratique du Nouveau-Brunswick sortant

Dans ce même communiqué, il a aussi exprimé sa crainte de constater que « temps et énergie sont gaspillés à des luttes internes juste avant une élection ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine