Retour

Contributions illégales : la CAQ somme le PQ de rembourser toute sa dette

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, réclame du Parti québécois (PQ) qu'il rembourse au Directeur général des élections du Québec (DGEQ) la totalité de « l'argent sale » qu'il a reçu dans le passé.

En juillet dernier, le PQ a été sommé de rembourser des contributions versées entre 2006 et 2011, totalisant 264 150 $ et jugées illégales par le DGEQ.

Le Parti québécois s'est engagé à rembourser toutes les contributions financières non conformes versées au parti.

Le parti a mentionné avoir remis le tiers de la somme demandée, soit 90 000 $, en date du 10 décembre, la date limite fixée par le DGEQ pour le remboursement.

La formation politique conteste toutefois le reste du montant réclamé et demande au DGEQ d’expliquer en quoi les 174 150 $ restants sont non conformes aux règlements sur le financement des partis.

Or, cette requête n'a pas semblé impressionner le chef de la CAQ, François Legault. Pour lui, c’est plutôt au Parti québécois de fournir des réponses.

En point de presse lundi, M. Legault a interpellé le chef péquiste, Jean-François Lisée, l’accusant d’être à la tête d’un parti utilisant de « l’argent sale » et lui enjoignant de « fournir des explications aux Québécois ».

Selon François Legault, la formation péquiste serait dans l’impossibilité de rembourser les sommes demandées au DGEQ, parce qu’elle aurait flambé ses liquidités durant la campagne qui a précédé les quatre élections complémentaires de décembre.

[M. Lisée] a de l'argent pour les partielles, mais d'un autre côté, il dit qu'il n'a pas d'argent pour rembourser ''l'argent sale''.

Le chef de la CAQ, François Legault

Pour appuyer sa thèse, le chef de la CAQ a évoqué le nombre de pancartes placées par le Parti québécois lors de la campagne, affirmant que, de tous les partis, c’est le PQ qui en avait placé « le plus ».

« Je ne reconnais pas le parti de René Lévesque », a-t-il déploré, en marge de l'assermentation de son député Éric Lefebvre, élu au début du mois, lors de l’élection complémentaire dans Arthabaska.

Le DGEQ a fait savoir qu'il s'adressera aux tribunaux pour exiger que le PQ rembourse la totalité de la somme demandée.

Le Parti libéral obtempère

Par ailleurs, le Parti libéral du Québec (PLQ), également visé par des avis de réclamation du DGEQ, a annoncé avoir remboursé la totalité de sa dette de 87 654 $.

Rappelant qu’il était « la seule formation politique au Québec à s’être dotée d’un code d’éthique », le PLQ a mentionné qu’il avait « collaboré » avec le DGEQ pour examiner « la conformité des contributions réclamées ».

Le Parti libéral a déjà remboursé plus de 550 000 $ en contributions illégales au début de décembre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine