Retour

Couillard préfère la lutte contre tout racisme à une journée contre l'islamophobie

Tout indique que la journée du 29 janvier, anniversaire de l'attentat contre la grande mosquée de Québec, en 2017, ne coïncidera pas avec une journée de lutte contre l'islamophobie au Québec. Après le Parti québécois (PQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ), c'est au tour du premier ministre de ne pas vouloir s'engager en ce sens.

Lors d'une mêlée de presse, lundi avant-midi, Philippe Couillard a semblé mettre de côté l'idée d'une journée spécifiquement consacrée à la lutte contre l'islamophobie, qui aurait coïncidé avec la date à laquelle un tireur a ouvert le feu sur des fidèles musulmans réunis à l'heure de la prière, au Centre culturel islamique de Québec.

Le présumé auteur de l'attaque, Alexandre Bissonnette, est accusé d'avoir tué six d'entre eux et d'en avoir blessé une vingtaine d'autres.

« Il faut commémorer l'événement, cette tragédie épouvantable qui a eu lieu, je serai moi-même à la commémoration », a ainsi déclaré le premier ministre.

Celui-ci a toutefois précisé que « le Québec souligne déjà, et ce, de plusieurs façons, son engagement contre le racisme, notamment par une semaine d'activités organisées en collaboration avec les Nations unies ainsi qu'une journée spécifique qui amène les gens à réfléchir sur la tolérance et la vie commune ».

« Il n'est pas question de différencier une forme de racisme d'une autre; l'islamophobie est une forme de racisme qui existe dans toutes les sociétés. Nous ne sommes pas la pire des sociétés, loin de là, mais cela existe chez nous aussi », a poursuivi le chef du gouvernement.

M. Couillard estime donc qu'il est souhaitable de s'attaquer à toutes les formes de racisme et de discrimination, « plutôt que de singulariser l'une de ses manifestations ».

Controverse

Par cette déclaration, le premier ministre vient clore les rumeurs entourant cette délicate affaire.

La demande de la tenue d'une journée de lutte contre l'islamophobie, d'abord présentée au premier ministre fédéral, Justin Trudeau, par le directeur du Conseil national des musulmans canadiens, Ihsaan Gardee, a suscité de vifs échanges au Québec et ailleurs au pays.

La semaine dernière, le PQ et la CAQ disaient s'opposer à la tenue d'une telle journée, les deux formations politiques soutenant, en substance, que cette journée du 29 janvier devait plutôt servir à commémorer la tuerie survenue à Québec.

Au PQ, on jugeait que le terme « islamophobie » était particulièrement controversé et qu'il existait déjà une journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, le 21 mars.

Du côté de la CAQ, on a plutôt martelé que « les Québécois sont ouverts et accueillants, ils ne sont pas islamophobes ».

Ces deux sorties avaient été vivement critiquées, y compris par Québec solidaire, qui se dit favorable à l'organisation d'une telle journée, ainsi que par plusieurs acteurs de la communauté musulmane.

Trudeau ne ferme toujours pas la porte

Parce qu'il est « important qu'on souligne ce qui s'est passé », le gouvernement fédéral tente de trouver une façon de commémorer l'attentat à la grande mosquée de Québec, a mentionné lundi le premier ministre Justin Trudeau.

En entrevue avec La Presse canadienne, M. Trudeau n'a pas écarté l'idée que cette commémoration puisse prendre la forme d'une journée nationale contre l'islamophobie.

Il a soutenu que le gouvernement « est en train de regarder la façon de bien commémorer ça pour souligner que l'intolérance religieuse n'a pas sa place au Canada, l'extrémisme religieux n'a pas sa place au Canada, quelle que soit la façon que ça se manifeste ».

Le premier ministre a ajouté qu'il estimait « important qu'on souligne ce qui s'est passé, que six personnes ont perdu leur vie juste parce qu'elles priaient dans un lieu de culte ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards