Retour

Couillard veut frapper un grand coup avec un remaniement

EXCLUSIF - Les résultats des élections partielles de lundi dernier au Québec ont donné un dur coup aux libéraux. La soirée électorale a été pénible pour le premier ministre, qui a vu l'appui à son parti chuter dans les quatre circonscriptions soumises au vote. Pour Philippe Couillard, il s'agissait du dernier morceau de casse-tête pour le convaincre de réaligner son gouvernement.

Ainsi, après la pause des Fêtes, le premier ministre Couillard entend nettoyer l’ardoise en mettant fin prématurément à la session parlementaire. Son objectif : en finir avec la rigueur budgétaire.

La nouvelle session commencerait donc en février, en grande pompe, avec un discours d’ouverture. Alors que les indicateurs économiques sont particulièrement bons, le premier ministre insistera sur trois priorités : la santé, l’éducation et l’économie.

Il tentera de faire oublier la dernière année du gouvernement qui a été, sur plusieurs fronts, particulièrement pénible. Non seulement les mesures de rigueur budgétaire ont laissé leurs stigmates un peu partout, mais les erreurs, nombreuses, et le manque de jugement de ce gouvernement sont en train d’ébranler les colonnes du temple, à telle enseigne que les sondages des libéraux montrent que l’heure est au coup de barre.

Remaniement, Québec et « focus group »

Le retour du ministre étoile Pierre Moreau, après un congé de maladie d’un an, forcera le premier ministre à procéder à un remaniement de son Cabinet. Il pourrait en profiter pour faire des changements significatifs.

La montée de la Coalition avenir Québec dans la région de la capitale trouble sérieusement les libéraux qui y ont tenu, au cours des dernières semaines, des groupes de discussions (focus group). Ainsi, le retour de Sam Hamad au sein du Cabinet semble compromis. S’il profite du lobby des élus de Québec, la perception publique serait, pour sa part, moins bonne.

Ces rencontres ont aussi mis au jour la popularité de la députée de Chauveau, Véronyque Tremblay, perçue comme une travailleuse acharnée et efficace. Malgré son manque d’expérience, le premier ministre pourrait être tenté de donner à cette jeune députée de nouvelles responsabilités.

Sébastien Proulx serait désigné pour représenter la région de la Capitale-Nationale. Le ministre conserverait le portefeuille de l’Éducation.

Dans ce contexte, le dossier de la Famille pourrait être attribué à Luc Fortin, jeune père de trois enfants tiraillé entre sa famille à Sherbrooke et ses fonctions à Montréal et à Québec. Si cette hypothèse se confirmait, le ministère de la Culture pourrait incomber à son ancienne chef de cabinet et nouvelle députée de Verdun, Isabelle Melançon. Militante libérale de longue date, Mme Melançon est particulièrement bien perçue par le bureau du premier ministre.

Selon nos sources, malgré les bruits de corridor, les chances de revoir Robert Poëti au Conseil des ministres seraient minces. La grande inconnue demeure la nouvelle affectation de Pierre Moreau, que plusieurs voient à la présidence du Conseil du Trésor.

Au bureau du premier ministre, on espère qu’un remaniement ministériel et un discours d’ouverture permettront de donner un nouveau souffle au gouvernement de Philippe Couillard. Mais, avec ce vent de renouveau, le gouvernement devra aussi éviter les pièges du quotidien.

Car c’est, en fait, le cumul de gaffes ou de déclarations malheureuses de plusieurs ministres, ou encore de crises mal gérées, qui a fait perdre des plumes aux libéraux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un sanglier est coincé sur un lac gelé





Rabais de la semaine