Retour

Cours d'éducation financière : les enseignants demandent à Québec d'attendre

Trois syndicats du monde de l'enseignement exigent un moratoire sur l'introduction du cours d'éducation financière dans les écoles secondaires de la province.

Le ministre de l'Éducation du Québec, Sébastien Proulx, avait annoncé en décembre la mise en place de ce cours obligatoire dès la rentrée 2017.

L'Association provinciale des enseignantes du Québec (APEQ-QPAT), la Fédération autonome de l'enseignement (FAE) et la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ) qualifient cette mesure de « précipitée ».

« Il n’y a pas d’urgence en la demeure, affirme la présidente du syndicat de l’enseignement de la région de la Mitis, Martine Cliche. D’autant plus qu’on va encore se retrouver, comme dans bien des cas, où des nouveaux cours sont implantés et le matériel n'est pas prêt. »

Le cours « Monde contemporain » serait coupé de moitié dans la grille horaire des élèves pour faire de la place au nouveau cours d’éducation financière. Bien que Martine Cliche ne s’oppose pas à l’idée d’offrir une éducation financière aux jeunes, elle rappelle que les dirigeants devront faire des choix.

« On va toujours à la pièce, et c’est ce qui est malheureux, soutient Mme Cliche. Est-ce qu’on peut s’asseoir et avoir une vision globale, et choisir, prioriser, ce qui est important que des élèves, au bout d’une 5e secondaire, sachent, maîtrisent. Elle est là, la difficulté. On va devoir faire des choix. »

Les syndicats demandent au ministre de reporter l’implantation du cours d’éducation financière, le temps de consulter les enseignants à ce sujet.

D’après une entrevue réalisée par Richard Daigle à l’émission Le monde aujourd’hui.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine