Retour

Course à la direction de Démocratie Québec : à 24 heures du vote

L'heure de vérité approche pour Anne Guérette et François Marchand, qui aspirent à affronter Régis Labeaume lors des élections municipales de novembre 2017. Au 36e et dernier jour de la course à la direction de Démocratie Québec, les deux candidats se disent prêts à accepter le verdict que les membres de leur parti rendront, dimanche.

Depuis le 28 octobre, Anne Guérette et François Marchand étayent leurs positions sur une panoplie d’enjeux qui concernent Québec. Infrastructures, transports, taxes, grands événements : tous les sujets y ont passé.

À bien des égards, leurs idées se recoupent. Les deux candidats sont contre les 65 étages du Phare, contre le déménagement du Marché du Vieux-Port et pour le retour d’Expo Québec.

Ils sont aussi en faveur de mesures pour atténuer le fardeau fiscal des résidents de Québec. Anne Guérette promet de baisser le compte de taxes des citoyens si elle devient mairesse, et François Marchand promet un gel au moins pour la première année d’un éventuel mandat.

Conséquence : les débats des 36 derniers jours ont souvent porté sur l’héritage de Régis Labeaume et sur la façon dont les deux candidats pouvaient incarner le changement par rapport à celui qui règne sur Québec depuis bientôt 10 ans.

François Marchand a tenté de se positionner comme un candidat avec des convictions fermes, qui mise notamment sur la densification du milieu urbain.

J'ai parlé du "think big" de M. Labeaume, moi, je parle du "penser intelligent" de François Marchand. Freiner l’étalement urbain, favoriser le développement sur notre propre territoire […] plutôt que d’élargir des autoroutes

François Marchand, candidat à la direction de Démocratie Québec

Anne Guérette, pour sa part, a semblé vouloir réconcilier la banlieue avec le centre et prendre du recul par rapport aux grands enjeux.

Moi, ma force, c'est d'être une citoyenne, d'abord et avant tout, et d'aller au front avec les citoyens […] Toute seule, je ne réussirai pas à renverser Régis Labeaume, c'est clair, mais c'est ensemble qu'on va réussir à changer les choses.

Anne Guérette, candidate à la direction de Démocratie Québec

Des clivages relatifs aux transports

Le principal secteur dans lequel les divergences des deux candidats sont apparues est celui des transports. Dès le premier débat, organisé le 9 novembre, des fractures se sont dessinées.

Par exemple, François Marchand ne veut pas du SRB sur lequel mise l’administration Labeaume; il veut un tramway pour Québec.

« Je pense que c’est le choix qui s’impose. Non seulement c’est un meilleur véhicule, mais il pourra régler les problèmes de circulation majeurs à Québec », résume le candidat.

Anne Guérette, elle, préfère rester prudente. Elle ne rejette pas le SRB, mais croit qu’il faut mettre la pédale douce et bien analyser le projet sous toutes ses coutures.

« Je ne veux pas qu'on arrête le travail. Je veux qu'on poursuive, mais qu'on regarde l'ensemble des chiffres », dit la candidate.

Le scénario est semblable concernant un éventuel troisième lien entre Québec et Lévis. François Marchand rejette l’idée, parce qu’il croit qu’un tunnel ou un autre pont ne fera que déplacer le problème de congestion sur d’autres artères.

Quant à Anne Guérette, elle ne ferme pas la porte : elle soutient qu’un troisième lien pourrait faire partie des solutions envisagées à long terme pour régler les problèmes de circulation à Québec.

Des critiques

En raison de ce refus de dire ouvertement oui ou non à certains projets de transport, Anne Guérette s’est attirée les critiques de son adversaire, qui la jugeait trop évasive.

Il fallait se démarquer l'un par rapport à l'autre. Madame Guérette a eu certaines critiques à mon égard et j'ai fait de même.

François Marchand, candidat à la direction de Démocratie Québec

La conseillère du district Cap-aux-Diamants réplique que ce ne sont pas ses positions qui manquent de mordant, mais celles de François Marchand qui sont trop dures.

Je trouve que les positions de M. Marchand sont trop tranchées et elles démontrent un manque d'écoute parce qu’il faut amener les gens ensemble.

Anne Guérette, candidate à la direction de Démocratie Québec

Au milieu de la campagne, François Marchand a notamment dû s’expliquer sur une rencontre tenue en juillet avec le chef de cabinet du maire Régis Labeaume.

Anne Guérette avait alors saisi l’occasion pour jeter un doute sur les allégeances politiques de son rival.

Deux semaines plus tard, une autre tuile s’abattait sur la tête de François Marchand, contraint de confirmer qu’il avait effectué des dons à Équipe Labeaume en 2012 et 2014.

Maintenant que la course se termine, il estime que l’impact de ces révélations a été limité. Il croit que les membres de Démocratie Québec ne lui en tiendront pas rigueur.

« Si on a déterré ces histoires-là, c'est parce qu'on craint François Marchand. Je pense que Régis Labeaume ne veut pas avoir François Marchand comme adversaire », tonne-t-il.

Quel avenir pour les candidats?

Tant Anne Guérette que François Marchand soutiennent qu’une fois le nom du ou de la gagnante annoncé, dimanche, l’heure sera à l’union des forces de leur parti.

François Marchand indique cependant qu’advenant une défaite, il ne sera pas sur la ligne de départ pour briguer un poste de conseiller municipal en 2017.

Je suis rendu à l'étape pour postuler la candidature [de] maire de Québec et il n'y a pas d'autre scénario.

François Marchand, candidat à la direction de Démocratie Québec

Sa rivale affirme pour sa part qu’il est trop tôt pour dire si une défaite signifierait la fin de sa carrière politique.

« Ça, c'est une question à laquelle je ne peux pas répondre, pour l'instant. Je verrai, rendue là », dit-elle.

L’élection du prochain chef de Démocratie Québec aura lieu de 13 h à 16 h 30 au Patro Roc-Amadour, dans Limoilou. Les résultats seront dévoilés vers 17 h. Au total, 1100 membres de la formation politique pourront exercer leur droit de vote.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine