Retour

Course au PQ : l'identité encore au menu du 2e débat officiel

Après une semaine où les couteaux ont parfois volé bas au Parti québécois, Montréal a été l'hôte, dimanche, du deuxième débat officiel entre les candidats à la chefferie de l'organisation. Si le ton était somme toute respectueux entre les candidats, les militants réunis au Monument-National n'ont pas hésité à faire entendre leur désapprobation à l'endroit d'Alexandre Cloutier sur l'enjeu de la langue.

Un texte de Mathieu Dion correspondant parlementaire à Québec

Cloutier attaqué sur la langue

Quand Martine Ouellet a défié Alexandre Cloutier de faire du Québec une province unilingue francophone sur les plans législatif et judiciaire, il a répondu qu'il y avait avant tout un cadre légal à respecter. Sa déclaration a été suivie de huées dans la salle; un militant a même crié « Chou Cloutier! ».

Juste avant, Paul St-Pierre Plamondon avait lancé cette salve contre M. Cloutier.

« Est-ce qu'on peut régler ça de l'autre côté? »

Le thème très attendu sur la laïcité a provoqué un moment de tension dans la salle, d'autant plus qu'il opposait Alexandre Cloutier et Jean-François Lisée. Dans les derniers jours, la question a divisé les deux candidats. M. Lisée, qui s'est dit ouvert à un débat sur l'interdiction du niqab et de la burqa dans l'espace public, avait associé M. Cloutier au prédicateur controversé Adil Charkaoui. Il avait plus tard retiré ses propos, tout en refusant de s'excuser.

« Est-ce qu'on peut régler ça de l'autre côté? », a demandé M. Cloutier, provoquant des éclats de rire dans le public. Il a réitéré sa position « plus consensuelle » d'interdire le port des signes religieux aux personnes en position d'autorité, qui est celle, a-t-il souligné, d'anciens premiers ministres péquistes.

Étonnamment, Jean-François Lisée s'est montré en faveur de l'adoption du projet de loi 62 du gouvernement libéral sur les services à visage découvert. Il y voit un pas en avant. Ce choix serait suivi d'une nouvelle proposition péquiste, plus ferme, lors des élections en 2018.

Pour Alexandre Cloutier, c'est le signe que M. Lisée se dirige vers une position plus rassembleuse.

De nombreux enjeux aux positions semblables

Les quatre candidats ont abordé de nombreux autres thèmes, tels que les relations internationales, l'accès à la justice, la conciliation travail-famille et l'éducation. Ils se sont prêtés à de grandes envolées sur la problématique des paradis fiscaux et l'importante facture associée à la rémunération des médecins. Ces thèmes ont, cela dit, suscité un certain consensus parmi les candidats.

Discours de clôture sur la souveraineté

La souveraineté ne faisait pas partie des thèmes de ce deuxième débat officiel. Tour à tour, dans leurs discours finaux, les candidats ont néanmoins livré ces messages aux militants.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un sanglier est coincé sur un lac gelé





Rabais de la semaine