Retour

Création d'un poste de police mixte à Val-d'Or : l'idée n'est pas bonne pour tout le monde

La création d'un nouveau poste de police mixte à Val-d'Or n'apparaît pas comme une solution idéale à tous. Faire travailler de concert policiers autochtones et policiers de la Sûreté du Québec à Val-d'Or coûterait trop cher comparativement aux effets à prévoir. Il faudrait plutôt investir afin d'ajouter des ressources pour les femmes directement dans les communautés autochtones de la région. C'est le discours qu'a tenu le vice-chef de la communauté autochtone de Pikogan, Bruno Kistabish, sur les ondes de l'émission Des matins en or.

M. Kistabish affirme que l'idée de créer un poste de police mixte le fait « bien rire, parce que finalement, qu'est-ce que ça va donner de plus? Ça va coûter combien? [...] Pour ce que ça va rapporter aux communautés, aux gens qui vivent à Val-d'Or... les femmes ont besoin de services, ont besoin de ressources. »

Il affirme du même souffle que la demande des Premières Nations de tenir une enquête indépendante sur la situation des femmes autochtones pourrait mettre en lumière le besoin de ressources pour les femmes dans les communautés.

Oui, la police mixte à Val-d'Or, c'est correct. Mais est-ce qu'il va y avoir des retombées dans les communautés? Ces femmes-là viennent des communautés de Pikogan, Lac-Simon, Kitcisakik...

Bruno Kistabish

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards