Retour

Cryptomonnaies : les tarifs dissuasifs d’Hydro-Québec suscitent l’indignation

L'imposition d'un tarif dissuasif par Hydro-Québec pour le secteur des chaînes de blocs et des cryptomonnaies fait non seulement réagir l'industrie, mais également plusieurs municipalités et la Coalition avenir Québec (CAQ). Elles n'y voient ni plus ni moins qu'une façon de bloquer ce secteur au Québec.

Un texte de Mathieu Dion, correspondant parlementaire à Québec

Hydro-Québec croule sous les centaines de demandes d'entreprises qui souhaitent établir au Québec des chaînes de blocs, ou blockchain, une technologie rendue célèbre par l’émergence des cryptomonnaies.

Seul hic : ces entreprises consomment tellement d'électricité, que leurs projets pourraient accaparer au total 40 % de la capacité de la société d'État, qui veut dans ce contexte imposer plus de conditions.

« Toute l’industrie va en souffrir », déplore la porte-parole caquiste en matière d’énergie, Chantal Soucy. La Régie de l’énergie a donné le feu vert dimanche à une demande d’Hydro-Québec qui empêche les futurs projets de bénéficier d’un tarif préférentiel – le tarif LG dont jouissent notamment les centres de données. Le tarif passe ainsi d’environ 5 cents à 15 cents le kilowattheure.

Cette décision est temporaire, le temps que la Régie de l’énergie table sur un verdict définitif.

Mme Soucy croit que l’État québécois met des « bâtons dans les roues » de ces entreprises, dont certaines sont québécoises.

Des municipalités en colère

La Coalition avenir Québec choisit de se ranger derrière ces entreprises parce que « la décision prive les régions de millions d’investissements ». « On change les règles en cours de route », indique-t-elle en référence à de nombreux projets en cours de développement.

La colère est forte d’ailleurs dans certaines municipalités. Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, a tenu un point de presse mercredi pour dénoncer cette volonté de l’État d’imposer des conditions spéciales au secteur des chaînes de bloc. L’entreprise GPU.one prévoit y bâtir un important projet de 25 millions de dollars.

À Thetford Mines, où Bitfarms envisage d’implanter un complexe d’une centaine de millions de dollars, même scénario. Le maire Marc-Alexandre Brousseau estime que la décision d’Hydro-Québec met une centaine d’emplois potentiels en jeu. « À ce tarif, ce sont des projets qui ne se réaliseront pas », conclut-il.

Pour le moment, le cabinet du ministre de l'Énergie, Pierre Moreau, se défend en indiquant qu'il doit respecter l'indépendance de la Régie de l'énergie, un tribunal quasi judiciaire.

Hydro-Québec se veut rassurant

« Nous sommes très ouverts à l’arrivée de nouveaux joueurs de cette industrie au Québec », a fait valoir le porte-parole d’Hydro-Québec Jonathan Côté, dans un courriel envoyé à notre journaliste.

« Nous avons de l’énergie disponible à vendre, souligne-t-il, mais des encadrements sont absolument nécessaires afin de protéger les tarifs de nos clients et de gérer les pointes de consommation en hiver », fait-il valoir.

Il souligne aussi le tarif dissuasif imposé qui a fait bondir des maires et des entreprises n’est en fait qu’une « manière concrète et temporaire d’officialiser le moratoire » jusqu’à ce que encadrement appropriés soit mis sur pied.

« Nous proposerons sous peu un processus de sélection à la Régie de l’énergie qui attribuerait un bloc de 500 MW à cette industrie et qui permettrait de choisir les projets en maximisant les retombées pour le Québec, notamment en matière de création d’emplois, mais aussi de revenus pour la collectivité », fait-il valoir.

Ce 500 MW est cependant bien loin des demandes totalisant plus de 15 000 MW qu’Hydro-Québec affirme avoir reçu depuis quelques mois, pour les quelque 1500 MW de surplus que la société d’État souhaite valoriser.

Plus d'articles