Retour

De nouvelles règles pour encadrer Airbnb à Toronto

Les Torontois pourront seulement louer leur résidence principale sur des sites de location de courte durée d'appartements, de condos ou de maisons comme Airbnb, selon la nouvelle réglementation proposée par la Ville que le maire John Tory a dévoilée lundi.

Le nombre de locateurs sur Airbnb a bondi au cours des dernières années à Toronto, atteignant maintenant plus de 15 000, selon le géant américain.

Cela restreint le marché locatif, se plaignaient les associations de locataires. De leur côté, les hôteliers accusaient certains hôtes d’exploiter des mini-hôtels en louant de multiples propriétés sur Airbnb.

Par ailleurs, les locateurs devront obtenir un permis de la Ville.

« Airbnb se réjouit de la décision de la Ville de Toronto de réglementer le partage d'habitation », dit Alex Dagg, la porte-parole de la compagnie américaine.

Le comité exécutif présidé par le maire Tory débattra du dossier le 19 juin, avant un vote au conseil municipal.

Une taxe?

En plus de mieux encadrer les locations à court terme, Toronto pourrait imposer une surtaxe aux hôtes d’Airbnb, comme c’est déjà le cas un peu partout dans le monde.

Le conseil municipal a voté en principe, l’an dernier, en faveur d’une taxe de 4 % pour les chambres d’hôtel et d’une surcharge pouvant atteindre 10 % pour les utilisateurs d’Airbnb.

Airbnb est prête à collecter une surcharge auprès de ses clients pour la Ville, mais s’oppose à l’imposition d’une taxe plus élevée pour ses membres que pour les clients d'hôtels.

Que font les autres villes?

Montréal :

Vancouver :

New York :

San Francisco :

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine