Retour

Débat des conservateurs à Winnipeg : un grand absent, peu de conflits

La course à la chefferie du Parti conservateur s'est transportée à Winnipeg, jeudi, avec la tenue d'un débat entre 10 des 13 candidats. Kellie Leitch, Erin O'Toole ainsi que Chris Alexander n'étaient pas présents et l'homme d'affaires Kevin O'Leary, qui a annoncé mercredi qu'il voulait se présenter, était lui aussi absent puisqu'il n'est toujours pas un candidat officiel.

Ce débat avait lieu deux jours seulement après celui tenu en français au Québec, au cours duquel plusieurs candidats ont eu de la difficulté à exprimer leur message dans une langue qu'ils ne maîtrisaient pas.

Lors de ce nouveau débat, le modérateur posait une question du public à laquelle trois candidats répondaient, avant de passer à un autre sujet.

Un grand nombre de sujets ont été abordés, dont le rôle militaire du Canada, la dette du pays, le rôle du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes et le système de gestion de l'offre. Plusieurs questions ont par ailleurs offert des réponses semblables sur certains sujets tels que la position du Canada face à la situation d'Israël et de la Palestine et les soins de santé offerts au privé.

Un des rares moments où des points de vue opposés ont été entendus a eu lieu entre Maxime Bernier et Rick Peterson au sujet du système de gestion de l'offre. L'élu québécois en fait depuis longtemps un cheval de bataille, mais l'homme d'affaires de Vancouver l'a mis en garde contre les dangers que présentait, selon lui, l'élimination de ce système qui protège les fermiers contre la concurrence américaine et européenne. C'est toutefois Maxime Bernier qui s'est attiré les applaudissements les plus nourris sur cette question.

Les candidats Michael Chong et Steven Blaney ont aussi présenté des visions quelque peu différentes de ce qu'il fallait faire, selon eux, pour transformer les relations avec les Premières Nations. M. Blaney a plaidé pour une réforme qui rendrait les Premières Nations plus responsables de leurs décisions tandis que son adversaire prônait plutôt un dialogue et une consultation avec celles-ci.

Deux candidats ont répondu à certaines questions dans les deux langues officielles, soit Rick Peterson et Michael Chong. Ce dernier a par ailleurs promis aux francophones de partout au Canada de défendre leurs droits linguistiques, et ce, dès sa première prise de parole.

L'absence de Kevin O'Leary n'a pas été trop ressentie lors de ce débat, mais Rick Peterson a tenu à se distancer de l'ancien dragon. Il a dit que les valeurs conservatrices se trouvaient chez tous les candidats sur scène, pas chez celui qui allait les rejoindre bientôt.

Ce débat sans grande surprise a toutefois permis de préciser la vision de certains candidats. Brad Trost et Pierre Lemieux ont mis en avant le fait qu'ils étaient des conservateurs sur le plan social, tandis que Maxime Bernier et Rick Peterson ont plutôt misé sur le côté économique. D'autres ont laissé transparaître un côté rassembleur pour unir le parti, comme Lisa Raitt, Michael Chong ou Andrew Scheer.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine