Retour

Débuts du gouvernement Ford : comme un chien dans un jeu de quilles

« C'est un jour nouveau pour l'Ontario » a annoncé le premier ministre Doug Ford le jour de son assermentation. Et il a dit juste : en moins d'un mois, il a déjà transformé la façon de gouverner dans la province.

Une analyse de Claudine Brulé

Doug Ford n’a pas l’intention de suivre les conventions et il l’a démontré le jour même de sa victoire électorale en étant le premier à prononcer son discours, ne laissant la parole à ses adversaires qu'ensuite.

Comme nouvelle recrue en politique provinciale, il a bien su tirer son épingle du jeu lors de ses premières périodes de questions à Queen's Park. Il était visiblement préparé pour répondre aux critiques de l’opposition.

Tout comme il a mené sa campagne, il n’a toutefois pas manqué de lancer des flèches bien pointues à l'adresse de ses adversaires néo-démocrates. Il les a accusés, en Chambre, d’être des ennemis de la police et des militaires. Des propos pour lesquels il a dû se rétracter, à la demande du président de la Chambre.

Après à peine quatre jours de débats à Queen's Park, les couteaux volaient déjà bas et les attaques verbales ont été virulentes.

Une guerre ouverte avec Ottawa

Le nouveau premier ministre vient aussi changer la relation entre l’Ontario et Ottawa. Si Justin Trudeau avait auparavant une alliée avec l’ancienne première ministre libérale, Kathleen Wynne, Doug Ford représente davantage une importante épine dans le pied pour lui, d'autant plus à l’approche des élections fédérales de 2019.

Trois semaines en poste et une guerre ouverte sur plusieurs fronts

D’abord concernant les réfugiés. La ministre des Services communautaires, Lisa MacLeod, blâme Ottawa d'avoir créé ce qu’elle qualifie d'un fouillisavec l’arrivée massive d’immigrants illégaux au Canada.

Elle demande au gouvernement fédéral d’assumer l’ensemble des coûts pour le logement et l’aide à ces nouveaux arrivants.

Lisa MacLeod a aussi claqué la porte d’une rencontre fédérale-provinciale sur l’immigration. La guerre de mots avec son homologue au niveau fédéral, Ahmed Hussen, est ouverte.

Du côté de l’environnement, le ministre ontarien Rod Philipps tient à peu près le même discours envers la ministre fédérale, Catherine McKenna.

L’Ontario a abandonné la bourse du carbone, une promesse-clé de Doug Ford, qui demande à Ottawa d’écouter la volonté des Ontariens de ne pas mettre un prix sur les émissions de gaz à effets de serre.

La ministre McKenna a répliqué en accusant le ministre Philipps de ne pas avoir de plan pour la lutte contre les changements climatiques.

Agir d’abord, expliquer ensuite

Le nouveau gouvernement de Doug Ford a fait plusieurs promesses lors de sa campagne électorale, qu'il n'a d'ailleurs pas tardé à mettre de l’avant.

Sans en expliquer pour autant les détails.

Il annonce par exemple des changements au programme d’assurance-médicaments pour les enfants et les jeunes adultes ainsi que le retrait de la bourse du carbone. Tout cela, par voie de communiqué.

Par ailleurs, aucun porte-parole n’est disponible pour répondre aux questions des journalistes. Par exemple, comment les entreprises seront-elles indemnisées pour les crédits d’émissions de gaz à effets de serre qu’elles ont achetés et qui deviennent désormais inutiles?

La ministre de l’Éducation, Lisa Thompson, assure que le programme d’éducation sexuelle mis en place en 2015 ne sera plus enseigné à l’automne et que les enseignants reprendront l’ancien programme de 1998. Mais elle ajoute que certaines notions absentes du vieux programme seront encore abordées.

Durant trois jours la ministre a évité les médias, refusant de se présenter devant les caméras comme le font les autres ministres à la fin de la période de questions.

Il s'avère aussi difficile d'obtenir des informations de la part du bureau du premier ministre. Depuis son arrivée en poste, aucun itinéraire de la journée de ce dernier n'a été fourni. Son emploi du temps se connaît davantage grâce aux photos qu’il publie sur ses comptes Twitter et Facebook.

La seule représente média qui a accès au Conseil des ministres est la conseillère en communications Linsey Vanstone qui produit régulièrement des reportages sur les mesures prises par le nouveau premier ministre, et dans lesquels M. Ford et ses ministres vantent leurs accomplissements.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine