Retour

Décès du médecin et ex-politicien Charles-Eugène Marin

C'est à l'aube, mercredi, que l'illustre Gaspésien Charles-Eugène Marin est mort à l'hôpital de Sainte-Anne-des-Monts entouré de ses proches. Il avait 91 ans.

Cet homme politique a marqué la Gaspésie par son engagement et sa détermination.

Annemontois d’origine, il a étudié la médecine avant de se spécialiser en psychiatrie au Worcester Massachusetts State Hospital aux États-Unis. Il a ensuite travaillé comme psychiatre à l’Hôpital Louis-H. Lafontaine, à Montréal, avant de faire un retour dans sa Gaspésie natale en 1967.

Dès son arrivée, il a été nommé à la tête des services psychiatriques pour le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine.

Les premiers pas politiques de M. Marin se sont faits du côté municipal. En 1977, le Dr Marin est devenu maire de Sainte-Anne-des-Monts, un poste qu'il a occupé jusqu'en 1984.

L’actuel maire de Sainte-Anne-des-Monts, Simon Deschênes, considère que l’homme a énormément donné aux Annemontois.

Il rappelle qu’en 1987, M. Marin a fondé le Club de golf Le Gaspésien où Simon Deschênes travaille aujourd’hui à titre de directeur général. « On avait des discussions animées, se souvient le directeur du Club. Il voulait savoir comment allait l’entreprise. »

Jusqu’à tout récemment, M. Marin contribuait financièrement au Club de golf.

Son parcours politique l'a conduit sur la scène fédérale, où il a été élu député du Parti progressiste-conservateur dans la circonscription de Gaspé en 1984. Sa carrière politique s'est terminée en 1993.

Le grand argentier de ses trois campagnes électorales, Jean-Pierre Pigeon, se souvient du Dr Marin comme d'un homme visionnaire. « C’était un célibataire qui était à la politique 24 heures sur 24. » Pour M. Pigeon, Charles-Eugène Marin était un mentor, son mentor politique.

L’homme avait beaucoup d'intuition, se rappelle M. Pigeon. Lors de la victoire du parti conservateur en 1984, M. Marin avait dit à M. Pigeon, en pointant un homme aux cheveux frisés : « Regarde-le bien, mon petit Pigeon, cet homme-là, il ira loin ». Cet homme, c’était Jean Charest, futur premier ministre du Québec.

Selon le préfet de la Gaspésie, Allen Cormier, la Haute-Gaspésie vient de perdre l’un de ses grands défenseurs du temps où il était député fédéral.

Allen Cormier souligne qu’il éprouvait une profonde admiration pour l’homme politique du temps où il était journaliste et couvrait l’actualité gaspésienne.

Membre de l'Ordre du Canada, le Dr Marin est également le fondateur d'Exploramer à Sainte-Anne-des-Monts. Une institution qui ne pourrait plus voir le jour aujourd’hui selon sa directrice générale Sandra Gauthier.« À l’époque, les infrastructures coûtaient cher, mais aujourd’hui ce serait impensable de reconstruire des bâtiments de cette envergure-là. »

La famille de Charles-Eugène Marin prévoit se recueillir en fin de semaine.

« Il avait une bonne façon de faire les choses, du matin au soir, il n'y avait pas d'heure. Le message qu'il peut laisser, c'est si tu as une idée derrière la tête, premièrement tu vérifies si elle peut avoir une portée. Et si elle a la moindre portée, il faut absolument que tu la pousses jusqu'au bout, c'est d'être téméraire », explique son neveu Gaston Marin.

La famille fera parvenir d’autres informations aux médias sous peu.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine