Retour

Déchirements au conseil de Tracadie : « Je n'ai jamais empêché quiconque de s'exprimer »

Le maire de Tracadie, Denis Losier, se défend d'être à l'origine des dysfonctionnements au sein de son conseil municipal.

L'un des conseillers, Denis McLaughlin, a présenté sa démission la semaine dernière, en expliquant qu'il n'en pouvait plus des chicanes à l'hôtel de ville.

Des disputes intestines affligent la Ville de Tracadie depuis plusieurs mois. Elles ont paralysé les affaires de la localité, a soutenu Denis McLaughlin, et lui ont enlevé le goût de rester en politique municipale, lui qui siégeait au conseil depuis 10 ans.

En entrevue à l'émission Le Réveil Nouveau-Brunswick de Radio-Canada, il a critiqué à mots à peine couverts le leadership exercé par le maire.

Denis Losier, pour sa part, estime qu'il n'a rien à se reprocher. « Je n’ai jamais empêché un membre du conseil de parler, que ce soit dans les médias, que ce soit en public, contrairement à certaines municipalités où c’est seulement le maire qui est le porte-parole. »

Il attribue les déchirements des derniers mois aux changements vécus par la municipalité depuis la fusion qui a créé la Ville de Tracadie actuelle. « C’est certain que quand on regarde dans les pratiques des dernières années, avec les changements qui doivent s’installer, qui doivent prendre place pour améliorer notre situation et améliorer nos résultats actuels, c’est certain qu’on confronte des idées, des idéaux, des croyances et c’est certain que ça fait des flammèches. »

Denis McLaughlin déplore que deux camps se sont formés au sein du conseil, un groupe de 4 et un groupe de 7, parfois identifiés en ces termes par le maire. « Tant qu’on va identifier les 7 et les 4, on pourra jamais arriver à une entente et avoir un groupe qui va travailler ensemble, parce qu’on a une division identifiée. »

Selon Denis Losier, les divergences d'opinion sont normales au sein d'un conseil. Il affirme que l'opinion majoritaire l'emporte lors d'un vote et que ceux qui ne font pas partie du courant majoritaire devraient ensuite se rallier.

Il dit par ailleurs avoir constaté un apaisement lors des dernières réunions du conseil municipal.

Denis McLaughlan exprime un souhait, au moment de partir : « Je souhaite de tout mon coeur que la municipalité devienne comme elle était dans les années passées. Les gens nous enviaient, ils voyaient Tracadie-Sheila comme une ville qui progressait, puis les gens nous voient pas comme ça présentement. »

Plus d'articles