Retour

Démission du chef conservateur de l'Ontario dans la foulée d'allégations d'inconduite sexuelle

Dans une volte-face vers 1 h 30 jeudi matin, le chef Patrick Brown a annoncé qu'il quittait la direction du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, à la suite d'allégations d'inconduite sexuelle rapportées par le réseau de télévision CTV.

La nouvelle a été publiée sur le site web du parti. « Ces allégations sont fausses et difficiles à entendre. Toutefois, l'important est de défaire Kathleen Wynne. »

Patrick Brown va demeurer député. Il croit que son successeur sera choisi rapidement et promet de collaborer avec lui. Les élections générales en Ontario auront lieu le 7 juin.

Le réseau de télévision CTV rapporte que deux femmes accusent Patrick Brown d'inconduite sexuelle.

Les événements en question, selon CTV, se seraient produits quand M. Brown était député fédéral. Radio-Canada n'a pas parlé aux présumées victimes.

Patrick Brown avait été député fédéral de Barrie de 2006 à 2015 avant de devenir chef du parti provincial en mai 2015.

Une onde de choc

Lors d'un point de presse très rapide mercredi soir à l'Assemblée législative ontarienne, le chef conservateur, visiblement secoué, a déclaré que les allégations étaient fausses et qu'il entendait se défendre vigoureusement contre elles.

Il n'a toutefois pas précisé la nature des allégations et a quitté les lieux précipitamment sans répondre aux questions. Il n'a fait référence à aucune enquête policière dans sa déclaration.

Aux journalistes qui le poursuivaient, il a simplement répondu qu'il serait « au travail demain ».

Pressé de démissionner

Quatre membres de l'entourage de M. Brown avaient annoncé leur démission en soirée, dont son chef de cabinet et son directeur de campagne. Dans une déclaration diffusée sur Twitter, ils ont expliqué qu'ils avaient conseillé au chef de démissionner, mais qu'il avait refusé.

Son attaché de presse, Nick Bergamini, a aussi quitté son poste et pressé M. Brown de démissionner « dans l'intérêt du parti ».

Les membres du caucus du Parti progressiste-conservateur ontarien ont discuté lors une conférence téléphonique en fin de soirée.

Les chefs adjoints Sylvia Jones et Steve Clark ont déclaré par la suite que M. Brown devait démissionner dans l'intérêt du parti, une prise de position qui était unanime.

Dans une déclaration écrite, la chef néo-démocrate Andrea Horwath avait réclamé la démission du chef conservateur. « Je suis dégoûtée et troublée par ces allégations », a-t-elle écrit en saluant le courage des présumées victimes qui ont brisé le silence.

Mme Horwath estime que M. Brown doit avoir l'occasion de se défendre devant les tribunaux, mais elle considérait que, dans les circonstances, il ne pouvait diriger son parti.

Tard en soirée, la première ministre Kathleen Wynne a elle aussi affirmé que les présumées victimes étaient courageuses et qu'il était difficile de briser le silence.

Dans un message sur Twitter, elle a déclaré qu'elle et son gouvernement avaient une tolérance zéro pour le harcèlement et les agressions sexuels.

Pour sa part, le chef conservateur fédéral Andrew Scheer a qualifié les allégations d'« extrêmement graves » et estimé qu'elles devaient faire l'objet d'une enquête sérieuse. « Les inconduites sexuelles et le harcèlement sexuel n'ont pas leur place dans la société canadienne, particulièrement en politique », pouvait-on lire dans une déclaration écrite.

Plus d'articles